•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La situation dans les urgences est normale dans l'Est-du-Québec

Un préposé dans un couloir

Un préposé aux bénéficiaires pousse un patient sur une civière.

Photo : Radio-Canada / Martin Thibault

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La situation est plutôt bonne dans les urgences de l'Est-du-Québec, comparativement à d'autres régions de la province.

Aucun débordement n'est signalé dans les urgences de la région, assure Sandra Morin, adjointe du directeur général du CISSS de la Côte-Nord et responsable des relations médias.

À l'hôpital de Baie-Comeau, vendredi matin, il y avait 11 usagers sur civière, mais elle précise dans un courriel que 10 d'entre eux seront hospitalisés.

Sandra Morin accorde une entrevue à Radio-Canada.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Sandra Morin, adjointe du PDG du CISSS de la Côte-Nord et responsable des relations médias.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Des lits sont disponibles, donc il n'y a aucun débordement à prévoir. Les patients présents dans la salle d'attente étaient là pour des urgences mineures.

À Sept-Îles, il y avait six patients sur civière à l'hôpital, pour un taux d'occupation à 60 % et six patients dans la salle d'attente.

Dans les urgences des petites municipalités de la Côte-Nord, « pas de débordement non plus, la situation demeure sous contrôle ».

Une patiente allongée sur une civière dans le corridor de l'urgence d'un l'hôpitalAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une patiente allongée sur une civière dans le corridor de l'urgence d'un l'hôpital

Photo : Radio-Canada / Marie-Ève Tremblay

À Rimouski, le directeur des services professionnels au CISSS du Bas-Saint-Laurent, le Dr Jean-Christophe Carvalho, assure que la situation s'est grandement améliorée à l'urgence par rapport à hier.

En début d'après-midi vendredi, il ne restait plus que deux patients sur civière sur une possibilité de 12.

L'occupation est toutefois plus importante à Notre-Dame-du-Lac, selon le Dr Carvalho.

Jean-Christophe Carvalho, directeur des services professionnels du Centre intégré de santé et de services sociaux du Bas-Saint-LaurentAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Jean-Christophe Carvalho, directeur des services professionnels du Centre intégré de santé et de services sociaux du Bas-Saint-Laurent

Photo : Radio-Canada / Simon Turcotte

« On a Notre-Dame-du-Lac qui est à cinq sur cinq civières occupées. »

— Une citation de  Jean-Christophe Carvalho, directeur des services professionnels du CISSS du Bas-Saint-Laurent

Ailleurs au Bas-Saint-Laurent, les taux d'occupation oscillent entre 0 % à Trois-Pistoles et 50 % dans la Matapédia.

Une personne reçoit un vaccin contre la grippe.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Selon l’Agence de la santé publique du Canada, le vaccin contre la grippe serait plus efficace cette année que l'année dernière.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Pour la Gaspésie, il y a eu débordement récemment à l’urgence de Maria, mais l’activité grippale dans la région semble peu élevée, selon Michel Bond, directeur des ressources humaines, des communications et des affaires juridiques pour le CISSS de la Gaspésie.

C’est clair que ça pourrait aussi nous arriver, on n’est pas à l’abri d’une hausse des cas d’influenza pour la région. On encourage les gens à avoir les mêmes habitudes de prévention, ce qui fait en sorte qu’on peut éviter l’influenza.

Aux Îles-de-la-Madeleine, le directeur des ressources humaines et communications, Samuel Mercier, précise que quatre civières sur 6 sont utilisées.

On a pas non plus de récurrence, que ce soit du côté des gastro-entérites ou des symptômes d’allure grippale.

Les porte-parole tiennent toutefois à préciser que la situation dans chacune des urgences peut évoluer rapidement.

Avec les informations de François Robert

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !