•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Alcool et cannabis : connaissons-nous bien les effets?

Une personne fume un joint.

Éduc'alcool recommande d'éviter de mélanger cannabis et alcool.

Photo : iStock

Radio-Canada

La consommation légale de cannabis est une nouveauté que bien des Canadiens seront tentés d'expérimenter pour la première fois pendant la saison des Fêtes. Des organismes rappellent toutefois qu'il est déconseillé de mélanger cannabis et alcool.

Sommes-nous suffisamment informés au sujet des risques liés au mélange de ces produits psychoactifs? L’effet de l’alcool, lorsque consommé avec du cannabis, ne s’additionne pas, il se multiplie, indique le directeur général de l’organisme Éduc'alcool, Hubert Sacy.

Ce dernier recommande tout simplement d’éviter les mélanges. Toutefois, si mélange il y a, il faut réduire les doses, explique-t-il.

M. Sacy ajoute qu’il est préférable de fumer du cannabis d’abord et de boire de l’alcool ensuite, parce que l’alcool dilate les vaisseaux sanguins et que le THC progresse dans le corps à la vitesse de l’éclair.

Ce n’est pas une bonne idée de les mélanger.

Hubert Sacy, directeur général de l'organisme Éduc'alcool

Par ailleurs, l’Association des intervenants en dépendance du Québec souhaite jouer un rôle équivalent à celui d’Éduc’alcool en ce qui a trait au cannabis, bien que cette tâche relève actuellement du ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec (MSSS).

Nous sommes toujours en attente de connaître la position du MSSS dans ce dossier, affirme Sara-Eve Tremblay, conseillère en communication de l’organisme.

Il semble que le MSSS assume lui-même, jusqu'ici, ce rôle d'information et d'éducation et n'a pas pris position sur la possibilité qu'un organisme indépendant puisse prendre le relais, souligne-t-elle.

Pour sa part, le MSSS n’a pas répondu à la demande d’information de Radio-Canada.

Cannabis, alcool et conduite

Depuis la légalisation du cannabis, l’approche des autorités relativement à la conduite avec les facultés affaiblies n’a pas changé, indique le porte-parole de la Sûreté du Québec (SQ), Marc Tessier.

Étant donné que les contrôles pour l’alcool et la drogue sont en place depuis plusieurs années, la SQ dispose de plusieurs policiers formés pour faire les évaluations, donc il n’y a pas vraiment de changement, indique M. Tessier.

Même son de cloche du côté du Service de police d’Ottawa (SPO), qui indique que les automobilistes peuvent s’attendre à d’autres questions lors des barrages routiers. C’est sûr que la question ne sera pas seulement combien avez-vous consommé, mais :''combien de verres? Aussi, avez-vous consommé du cannabis?'', soutient la porte-parole du SPO, Amy Gagnon.

Les autorités renforcent donc le message qu’ils sont présents sur les routes. Peu importe si une personne a les capacités affaiblies par l'alcool ou la drogue, elle ne doit pas conduire un véhicule, insiste Marc Tessier.

Avec les informations d’Estelle Côté-Sroka et de Camille Boutin

Ottawa-Gatineau

Cannabis