•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des élections provinciales plus tôt que prévu au Manitoba?

Brian Pallister, devant un micro, prononce un discours.

Brian Pallister, premier ministre du Manitoba

Photo : Radio-Canada / Jeff Stapleton

La Presse canadienne

Sa formation politique est en bonne santé financière et il fait face à deux partis d'opposition en reconstruction. Avec ces cartes en mains, le premier ministre du Manitoba, Brian Pallister, n'exclut pas la possibilité de déclencher des élections avant la date prévue du 5 octobre 2020.

Lors d'une entrevue de fin d'année avec La Presse canadienne, Brian Pallister ne s’est pas engagé à respecter cette date.

« Pourquoi devrais-je donner cet avantage à mon adversaire? Je dirai simplement que des élections sont prévues pour 2020 », a-t-il déclaré.

Les progressistes-conservateurs de Brian Pallister sont, à bien des égards, bien placés pour entamer la campagne.

Ils ont été élus en 2016 avec la plus grande majorité depuis un siècle au Manitoba et ont amassé plus d'argent que le NPD et les libéraux, qui ont mis plus d'un an à rembourser leurs dettes de campagne.

Les conservateurs devraient également tirer avantage des modifications apportées l'année dernière aux lois sur le financement électoral. Les limites de contribution ont été éliminées, et les règles en matière de publicités partisanes ont été assouplies.

Beaucoup de travail avant les élections

Les conservateurs font face à une opposition qui pourrait diviser le vote de centre gauche lors des prochaines élections.

Les libéraux ont remporté en juillet l'élection partielle dans Saint-Boniface, une circonscription autrefois occupée par l'ancien premier ministre néo-démocrate. Le Parti libéral est devenu un parti officiel à la Chambre pour la première fois en plus de 20 ans.

Le chef du NPD, Wab Kinew, affirme de son côté que sa formation gagne du terrain et que la situation financière des néo-démocrates s’améliore.

Il reconnaît qu'il y a beaucoup à faire avant les prochaines élections, mais dit qu'il a le sentiment que les gens sont plus réceptifs aux arguments de son parti.

« Mon objectif principal est de m’opposer à Brian Pallister et de proposer une solution de rechange solide », a-t-il dit.

Si le premier ministre du Manitoba ne s’est pas mouillé en proposant une date précise, il s’est quand même engagé à réduire la taxe de vente provinciale d’un point de pourcentage avant l'échéance électorale. Il avait fait campagne sur cette promesse en 2016.

Manitoba

Politique provinciale