•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tellement populaire, le Centre de stimulation L'Envol de Victoriaville forcé de déménager

Jean-François Dumas

Face à une demande croissante pour ses services, le Centre de stimulation L'Envol de Victoriaville procède à un important investissement pour accroître sa capacité d'accueil, question de venir encore davantage en aide aux enfants aux prises avec un trouble du développement.

Quel que soit leur problème de développement, les petits Victoriavillois de moins de 12 ans peuvent compter sur le Centre de stimulation L'Envol, établi dans la région depuis 1996.

Les enfants peuvent y trouver une série d'activités et de loisirs arrimés à leur réalité.

On a différents services et différents programmes. La majorité s'adresse aux enfants qui ont un trouble du spectre de l'autisme ou un trouble du développement de langage important, souligne la présidente du conseil d'administration de l'organisme, Marguerite Bourgeois.

Une intervenante joue avec un petit garçon sur un tapis de sol.

Le centre de stimulation L'Envol de Victoriaville aide les enfants aux prises avec un trouble du développement.

Photo : Radio-Canada

Les dix intervenants de l'organisme ont soutenu 210 familles dans la dernière année, dont celle de Martin Bernard. Sa fille, adoptée en Chine il y a quatre ans, éprouvait des difficultés à communiquer.

Son passage à L'Envol, à raison d'une journée et demie par semaine, a tout changé.

Son vocabulaire s'est développé de façon incroyable. On est beaucoup plus en lien avec elle qu'on pouvait l'être avant. On a l'impression que ce n'est pas en parallèle comme on a vécu. Notre enfant était dans notre maison, mais elle n'avait pas l'air d'être avec nous, se souvient Martin Bernard.

Une demande croissante

Face à une augmentation de sa clientèle, l'organisme est récemment déménagé dans des locaux temporaires, le temps de poursuivre son projet d'agrandissement.

À l'heure actuelle, 700 000 $ ont déjà été amassés pour financer le projet. Mais une somme totale de 850 000 $ est nécessaire, ce qui fait que l'organisme sollicite toujours la générosité du public.

Ses dirigeants souhaitent ainsi compléter le montage financier du projet, qualifié d'incontournable.

Avec cette croissance, nous n'arrivions plus dans nos locaux. Nous avons rêvé d'agrandir puis de rendre notre bâtisse plus accessible aux chaises roulantes pour offrir d'autres programmes et aussi consolider ceux que l'on a déjà, précise Mme Bourgeois.

Des intervenants jouent avec des enfants dans un local

Le centre est établi dans la région depuis 1996.

Photo : Radio-Canada

Malgré les nombreuses causes pour lesquelles la population est sollicitée, Martin Bernard incite néanmoins ceux qui le peuvent à soutenir financièrement le projet du Centre de stimulation L'Envol.

Chaque don, rappelle-t-il, servira à améliorer le quotidien de nombreuses familles de la région. Souvent on a tendance à donner à des organismes qui sont très connus. Toutefois, des organismes qui ont un impact direct dans la vie des parents et des enfants comme cela, c'est plutôt rare, affirme le père de famille.

Son avis est partagé par l'éducatrice spécialisée Anick Gosselin. Ce projet, souligne-t-elle, permettra à encore plus de jeunes d'obtenir de l'aide souvent cruciale.

Nous les accompagnons dans les balbutiements de ce qu'ils peuvent vivre, dans ce qui s'en vient dans leur vie, comme l'école. Nous sommes vraiment près d'eux et on sent qu'on peut faire une différence.

L'organisme doit retrouver ses locaux agrandis et réaménagés d'ici quelques mois.

Estrie

Santé physique et mentale