•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le temps des Fêtes, une période sensible pour la violence domestique

Le poing d'un homme avec la silhouette floue d'une femme derrière.

La violence domestique peut prendre de l'ampleur dans certaines familles durant le temps des Fêtes.

Photo : iStock

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Alors que plusieurs prennent des congés pour le temps des Fêtes, des employés de refuges pour femmes sont prêts à prendre plus d'appels qu'à l'habitude. Pour cause, le stress relié au temps des Fêtes peut rendre certaines maisons moins sécuritaires qu'à l'habitude.

Il est possible que la violence domestique prenne de l’ampleur dans certaines familles durant le temps des Fêtes selon la directrice du refuge Women in Transition, Jan Smith et la conseillère de la maison Gignoo, Christa Matthews.

Juste après Noël, les situations peuvent dégénérer simplement en raison des pressions sociales et financières, explique Jan Smith. Et il arrive que cela se traduise par une augmentation des cas de violence domestique.

La violence domestique n’est pas toujours physique, précise Jan Smith. Elle peut être émotionnelle, financière ou psychologique et n’est pas toujours perpétrée par un conjoint.

Les femmes doivent apprendre à écouter leur instinct et savoir quand elles ne sont plus en sécurité ou quand leurs enfants ne sont plus en sécurité, lance Jan Smith, qui invite les femmes qui vivent de la violence domestique à ne pas hésiter à demander de l’aide durant le temps des Fêtes, que ce soit à un refuge ou à des proches.

Nous sommes un endroit sûr. Nous voulons créer cet espace où les femmes peuvent se poser si elles se sentent menacées ou en danger, conclut-elle.

Les organismes comme Women in Transition (506-459-2300) et la maison Gignoo (506-458-1224) , tous deux situés à Fredericton, fournissent un lieu sûr pour les femmes et les enfants pour quelques jours, parfois même une à deux semaines, afin qu’elles puissent trouver leur propre logement à l’abri d’un proche violent.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !