•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fentanyl : l'ex-PDG de l'entreprise Insys plaidera coupable de complot et de fraude

Une boîte du médicament Subsys, qui contient du fentanyl, un puissant opioïde.

Une boîte du médicament Subsys, qui contient du fentanyl, un puissant opioïde.

Photo : District of Alabama/Handout via REUTERS

Radio-Canada

L'ancien directeur général de la société pharmaceutique américaine Insys Therapeutics, Inc. plaidera coupable d'avoir soudoyé des médecins afin qu'ils prescrivent à leurs patients un puissant opioïde contenant du fentanyl pour propulser ses ventes, ont indiqué mercredi des procureurs d'un tribunal de Boston.

Michael Babich, qui a démissionné de son poste de PDG en 2015, a accepté de plaider coupable à des chefs de complot et de fraude, ont fait savoir les procureurs fédéraux de Boston, au fait du dossier. Il devait subir un procès dès le mois prochain.

Cinq anciens cadres et gestionnaires de la société – dont John Kapoor, fondateur et ancien président d’Insys – font aussi face à des chefs d’accusation, mais ont plaidé non coupables. Leur cause sera entendue devant un tribunal à la fin du mois de janvier.

Les détails de l’arrangement qu’a conclu Michael Babich n’ont pas été divulgués. La question reste de savoir s’il a accepté de coopérer avec les procureurs ou s’il viendra témoigner, en échange, lors du procès des anciens dirigeants.

Les procureurs ont demandé à ce que l’audience de M. Babich se déroule le 9 janvier. Interrogé à ce sujet, l’un des avocats de l’accusé a refusé de commenter.

Le médicament au cœur du litige est le Subsys, un vaporisateur analgésique que les patients souffrant d’un cancer appliquent sous la langue pour apaiser leurs douleurs. Le Subsys est essentiellement composé de fentanyl, un puissant opioïde 100 fois plus fort que la morphine.

Les États-Unis sont plongés dans une crise des opioïdes. En 2017, les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (U.S. Centers for Disease Control) faisaient état de 47 600 morts par surdose.

Selon les procureurs, Michael Babich, John Kapoor ainsi que les autres cadres accusés ont participé à un stratagème de 2012 à 2015, destiné à inciter les médecins à prescrire leur médicament. En échange, l'entreprise s’engageait à assumer tous les frais de participation des médecins et de leur équipe à des programmes de conférences portant sur le médicament Subsys.

Les procureurs ont qualifié ces incitatifs de « mascarade », affirmant que la société avait aussi utilisé un stratagème similaire avec des compagnies d’assurances.

Michael Babich, qui a été accusé en 2016, est marié à une ancienne représentante aux ventes de la société Insys, Natalie Babich. Cette dernière a plaidé coupable à des chefs de complot pour avoir versé des pots-de-vin en 2017 et est devenue un témoin-clé pour les procureurs fédéraux.

Ce mois-ci, Natalie Babich a notamment témoigné au procès de Christopher Clough, un ancien médecin auxiliaire du New Hampshire accusé d’avoir accepté des pots-de-vin de la société Insys. Un jury de la ville de Concord l’a reconnu coupable le 18 décembre dernier.

En août, Insys a affirmé avoir versé 150 millions de dollars au département américain de la Justice dans le cadre d’une enquête la visant.

Avec les informations de Reuters

Amériques

Justice et faits divers