•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Patrick Gauthier, nomade des temps modernes

Patrick Gauthier a recouvert ses murs de cèdre. Il a le luxe d'un espace de bureau.
Patrick Gauthier a recouvert ses murs de cèdre. Il a le luxe d'un espace de bureau. Photo: collaboration Rémi St-Gelais

Amateur de planche à neige hors-piste, le Matanais Patrick Gauthier a choisi de vivre dans sa fourgonnette pour avoir accès aux montagnes facilement et plus rapidement.

Il s’est laissé tenter progressivement par ce mode de vie simple puis a décidé de faire le saut il y a six mois.

J’aime l’idée de pouvoir partir en voyage facilement. Quand je travaille, je suis prêt à partir tout de suite la fin de semaine.

Patrick Gauthier, « van lifer »

Ce mode de vie est très populaire sur les réseaux sociaux. Sur Instagram par exemple, le mot-clic VanLife compte plus de quatre millions de publications. Des passionnés comme Patrick Gauthier publient des images de leurs projets et partagent des trucs pour la conception de ces habitations sur roues.

Fourgonnette sur la route dans le parc de la Gaspésie.Patrick Gauthier aime l'idée d'avoir accès aux montagnes rapidement. Photo : collaboration Patrick Gauthier

Selon lui, plusieurs adoptent cette forme de logement jugée moins dispendieuse et contraignante que l’achat d’une maison. Avec l’internet, on peut même faire du télétravail tout en voyageant, fait-il valoir.

Baptisée Gustave, la maison de ce « van lifer », est une fourgonnette Sprinter de Mercedes. Je l’ai choisie pour l’espace et parce que je peux m’y déplacer aisément debout, mentionne-t-il.

Divan le jour, le futon devient un lit la nuit.Divan le jour, le futon devient un lit la nuit. Photo : collaboration Rémi St-Gelais

Son espace de vie se résume à 12 pieds (3,65 mètres) de long, 6 pieds de large et à 6 pieds (1,82 mètre) de hauteur.

L’aménagement intérieur a été comme un jeu de Tetris. Il y a eu beaucoup d’essais-erreurs.

Patrick Gauthier, « van lifer »

Le salon devient la chambre à coucher pour la nuit avec un futon. En dessous, il y a un espace pour les skis et la planche à neige. Une toilette portative est rangée sous le réfrigérateur récupéré d’une roulotte. Une petite extension devient le bureau où est installé son ordinateur.

Il n’y a pas de douche, mais les installations sanitaires sont accessibles partout, selon le nomade.

J’aurais aimé avoir beaucoup de lumière, mais j’avais la contrainte de l’hiver. Il y a énormément de perte de chaleur avec les fenêtres, explique Patrick Gauthier.

Outils, bois, menuiserie.Une étape de la conception Photo : collaboration Patrick Gauthier

Le gros défi : le chauffage. Il a opté pour un produit québécois. C’est comme un petit Convectair mural, donne-t-il en exemple. Ça fonctionne au gaz. Il a réussi à aménager une cuisine convenable. Je voulais être capable de me faire à manger donc j’ai un comptoir assez grand. J’aime cuisiner, souligne-t-il.

L’isolation contre le froid, et même la chaleur en été, a aussi représenté un défi. Il y a de la condensation lorsqu’il y a du chauffage, précise-t-il. Il a opté pour la laine minérale et un pare-vapeur. C’est comme un papier bulle qui vient sceller la laine pour éviter la condensation. Patrick Gauthier a recouvert le tout de cèdre embouveté « pour la beauté et l’odeur ».

Gustave la fourgonnette dans le parc de la GaspésieGustave la fourgonnette dans le parc de la Gaspésie Photo : collaboration Patrick Gauthier

Cet enseignant en multimédia au Cégep de Matane a loué sa maison. J’ai dû faire une sélection de ce que je voulais apporter, dit-il.

Est-ce que la vie nomade peut intéresser monsieur et madame tout le monde? Je n’en suis pas certain, estime-t-il. Ç’a l’air beau sur Pinterest et Instagram, ça dégage un sentiment de liberté et ça fait rêver, mais au quotidien, ce n’est pas pour tout le monde. L’idée est de rester longtemps dehors, mais l’hiver on passe quand même pas mal de temps à l’intérieur. Il faut aimer vivre en espace clos.

Avec l’hiver canadien, il faut que tu sois motivé.

Patrick Gauthier, « van lifer »

L’idée, c’est un peu de vivre en camping au quotidien. J’aime l’odeur des toasts le matin, comme en camping, commente-t-il.

On peut suivre Patrick Gauthier sur sa page Instagram gusthevan ou Gustave The Van.

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Société