•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Grippe : les enfants canadiens font les frais d’une saison hâtive

La mère d'une enfant couchée dans un lit prend sa température à l'aide d'un thermomètre.
Trois fois plus d’enfants canadiens ont été hospitalisés pour des cas de grippe cette année que l’année précédente. Photo: getty images/istockphoto / PeopleImages
Radio-Canada

Cette année, trois fois plus d'enfants canadiens passent le temps des Fêtes à l'hôpital à combattre la grippe, et le début précoce de la saison pourrait en être la raison, selon certains pédiatres et agents de la santé publique.

« Nous constatons une quantité énorme de maladies virales chez les enfants », explique la Dre Catherine Farrell, spécialiste en soins pédiatriques intensifs au CHU Sainte-Justine de Montréal.

« Nos hôpitaux sont pleins à craquer. Nos salles d’urgence sont surchargées. Nos unités pour patients hospitalisés sont pleines, et nous avons un très haut taux d’occupation aux soins intensifs pour des patients souffrant de maladies respiratoires. Et c’est comme ça partout au Québec », précise la Dre Farrell.

Il y a différents virus respiratoires en circulation actuellement, indique-t-elle, y compris l’influenza A qui peut mener à des infections secondaires sérieuses comme la pneumonie, qui force l’hospitalisation des enfants.

Cette année, plus de trois fois plus d’enfants ont été hospitalisés en raison de la grippe que l’année dernière, selon le dernier rapport de l’Agence de la santé publique du Canada.

Le pavillon principal du CHU Sainte-Justine.Les salles d'urgence de nombreux hôpitaux à travers le pays sont surchargées en cette saison de la grippe. Photo : Radio-Canada / Martin Thibault

Une saison de la grippe arrivée plus tôt

En date du 15 décembre, la santé publique du Canada avait dénombré 8245 cas de grippe chez des adultes et des enfants. Environ 10 % de ces cas, soit 864, ont mené à une hospitalisation et plus de 280 de ces hospitalisations concernaient des enfants de 16 ans et moins.

La majorité des 47 cas plus sérieux qui ont requis l’admission aux soins intensifs étaient des enfants de moins de 10 ans, selon le dernier rapport.

Pour la même période l’année dernière, l’Agence de la santé publique du Canada faisait état de 2400 cas de moins et de seulement 26 enfants hospitalisés.

Plusieurs raisons pourraient expliquer cette augmentation des cas d’influenza chez les enfants canadiens, a indiqué Anna Maddison, porte-parole de l’Agence de la santé publique du Canada, dans un courriel envoyé à CBC.

La saison de la grippe qui est en cours a commencé deux semaines plus tôt, si l'on compare avec l’année dernière.

Anna Maddison, porte-parole pour l'Agence de la santé publique du Canada

En effet, la saison a démarré à la mi-octobre plutôt qu’au début de novembre. Il est donc possible qu’à la fin de cette saison, les résultats soient les mêmes que l’année passée, mais que les cas se soient tout simplement manifestés plus tôt.

Des souches diverses

La souche de grippe dominante qui circule cette année, soit l’influenza A H1N1, est aussi associée à « un plus haut taux d’infection chez les enfants que chez les adultes ».

L’année dernière, la souche dominante était plutôt celle de l’influenza A H3N2, un type de grippe particulièrement virulent qui rendait des gens de tous âges malades, mais qui a causé l’hospitalisation de davantage d’adultes de 65 ans et plus.

Bien que la grippe soit « une infection assez sévère » comparativement au rhume, la majorité des personnes, enfants et adultes, sont en mesure de récupérer à la maison sans avoir à visiter un centre hospitalier, explique Isaac Bogoh, un spécialiste en maladies infectieuses à l'Hôpital général de Toronto.

Les très jeunes enfants, les aînés et les personnes ayant des conditions médicales, comme des maladies cardiaques ou pulmonaires, sont les plus à risque et doivent être hospitalisés, indique-t-il.

Une personne reçoit un vaccin contre la grippe.Selon l’Agence de la santé publique du Canada, le vaccin contre la grippe serait plus efficace cette année que l'année dernière. Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Des inquiétudes quant aux pneumonies

Le CHU Sainte-Justine à Montréal et l’Hôpital pour enfants malades de Toronto ont tous deux traité de nombreux enfants atteints de la pneumonie dans les dernières semaines, bien qu’on ne sache pas toujours si ces cas sont liés à la grippe.

La pneumonie peut être liée à l’influenza, mais elle peut aussi être causée par d’autres maladies virales ou bactériennes chez les enfants.

La Dre Catherine Farrell, spécialiste en soins pédiatriques intensifs

Cependant, contrairement à la majorité des maladies, il existe un vaccin pour la grippe, affirme la docteure qui est aussi présidente de la Société canadienne de pédiatrie.

Elle ajoute de plus qu’il n’est pas trop tard pour que les parents fassent vacciner leur enfant.

Des agents de la santé publique ont admis que le vaccin administré l’année dernière avait eu un taux d’efficacité décevant. Bien qu’il soit trop tôt pour évaluer l’efficacité du vaccin de cette année, l’Agence de la santé publique du Canada estime qu’il est plus prometteur que son prédécesseur.

« Les composants du vaccin de cette année semblent bien réagir au virus H1N1 qui prédomine actuellement au Canada », explique Anna Maddison.

Selon Isaac Bogoh, faire vacciner son enfant contre la grippe « va de soi ». « Il est probable que le vaccin soit bien meilleur que celui de l’année dernière », dit-il.

Quand dois-je amener mon enfant à l’hôpital?

Jonathan Gubbay, médecin spécialisé en maladies infectieuses chez les enfants et microbiologiste pour la Santé publique de l’Ontario, explique qu’il existe des signes qui permettent de déceler une infection respiratoire aiguë.

Ces symptômes sont, entre autres :

  • une fièvre qui dure plusieurs jours,
  • un souffle court,
  • une respiration rapide.

Si un enfant présente ces symptômes, il est recommandé de consulter un professionnel de la santé, selon le Dr Gubbay.

Avec les informations de Nicole Ireland

Avec les informations de CBC

Santé publique

Santé