•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pour Noël, le pape critique « la voracité consumériste » vide de sens de l'humanité

Le Pape François à la messe de la veille de Noël dans la Basilique Saint-Pierre au Vatican

Dans son homélie de Noël, le pape François a appelé les fidèles au partage avec les plus pauvres.

Photo : Reuters / Max Rossi

Agence France-Presse

Le pape François, chef des 1,3 milliard de catholiques dans le monde, a appelé lundi soir les fidèles à laisser de côté leur « voracité » consumériste pour réfléchir au sens spirituel de leur vie et au partage avec les plus humbles, dans son homélie de la nuit de Noël.

« L'homme est devenu avide et vorace. Avoir, amasser des choses semble pour beaucoup de personnes le sens de la vie », a constaté le pape, devant une dizaine de milliers de fidèles rassemblés comme chaque année dans la majestueuse basilique Saint-Pierre de Rome.

« Une insatiable voracité traverse l'histoire humaine, jusqu'aux paradoxes d'aujourd'hui; ainsi quelques-uns se livrent à des banquets tandis que beaucoup d'autres n'ont pas de pain pour vivre », a martelé le pape argentin, infatigable défenseur des pauvres, en appelant les fidèles à « ne pas glisser dans les ravins de la mondanité et du consumérisme ».

« Le petit corps de l'Enfant de Bethléem lance un nouveau modèle de vie : non pas dévorer ni accaparer, mais partager et donner », a plaidé le pape lors de la messe de la nuit de Noël, qui commémore dans la tradition chrétienne la naissance de Jésus de Nazareth à Bethléem.

« Est-ce que j'arrive à me passer de tant de garnitures superflues, pour mener une vie plus simple? Demandons-nous : à Noël, est-ce je partage mon pain avec celui qui n'en a pas? », a lancé François, s'exprimant sous le baldaquin dessiné par le Bernin, où seul le souverain pontife est autorisé à célébrer la messe.

Le pape, qui vient de fêter ses 82 ans, adressera son sixième message de Noël Urbi et orbi (à la ville et au monde) mardi devant les fidèles massés sur la place Saint-Pierre.

Foule à Bethléem

En attendant, des pèlerins du monde entier se sont rassemblés lundi pour Noël près de la basilique de la Nativité à Bethléem, fréquentée cette année par un nombre de visiteurs en hausse.

Comme de coutume, des scouts palestiniens habillés de bleu, jaune ou beige ont défilé vers midi au son des cornemuses et des tambours sur la place de la Mangeoire, située près de la basilique et où se dresse un imposant sapin de Noël.

Nigérians, Français ou Palestiniens, des centaines de fidèles ayant fait le déplacement jusqu'à Bethléem pourront cette année admirer les chatoyantes mosaïques de la basilique de la Nativité qui datent de l'époque des Croisades et qui ont été récemment restaurées.

C'est une belle opportunité d'être dans un endroit aussi symbolique pour Noël.

Léa Grudel, étudiante française en échange universitaire à Jérusalem

« Voir la messe de minuit à Bethléem ce n'est pas donné à tout le monde », a renchéri Maurice Le Gal, un Français de 75 ans qui avait déjà fait le voyage il y a sept ans pour célébrer Noël à Bethléem et Jérusalem.

L'archevêque Pierbattista Pizzaballa, administrateur apostolique du patriarche latin de Jérusalem, va célébrer en soirée la traditionnelle messe de minuit dans l'église Sainte-Catherine, située à proximité de la basilique de la Nativité.

Le président palestinien Mahmoud Abbas et d'autres dignitaires palestiniens devraient y participer.

Tensions à la baisse

La basilique de la Nativité, inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO, demeure une destination religieuse et touristique majeure, même si les chrétiens ne sont plus les plus nombreux par rapport aux musulmans à Bethléem et ses alentours en Cisjordanie, territoire palestinien occupé par Israël depuis plus de cinquante ans.

En 2017, les célébrations de Noël y avaient été assombries par les tensions résultant de la reconnaissance américaine de Jérusalem en tant que capitale d'Israël.

« Cette année c'est beaucoup plus tranquille, bien mieux que l'an dernier », s'est réjouit Abeer Nassr, une Palestinienne chrétienne originaire de Beit Sahour, une localité proche de Bethléem.

Après plusieurs années de baisse de fréquentation dues aux retombées du conflit israélo-palestinien, le tourisme enregistre en 2018 sa meilleure saison depuis des années à Bethléem, les hôtels affichant des taux d'occupation particulièrement élevés pour la période de Noël, a indiqué Elias Al-Arja, président de l'Association des hôtels palestiniens.

Ailleurs, la ville de Barcelone, déjà victime d'un attentat en 2017, était en état d'alerte après un avertissement des autorités américaines au sujet d'un risque d'attaque terroriste pour les fêtes de fin d'année.

La reine Elizabeth II profitera de son côté mardi de son traditionnel discours de Noël pour appeler les Britanniques, très divisés sur le Brexit, à faire preuve de « respect » les uns envers les autres, selon des extraits publiés à l'avance.

Aux États-Unis, le périmètre où déambulent habituellement les passants autour de l'« arbre de Noël national » près de la Maison-Blanche était fermé, en raison de la troisième journée de shutdown, après l'échec des tractations au Congrès sur le financement d'un mur à la frontière mexicaine voulu par Donald Trump.

Croyances et religions

International