•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Noël vu par des athlètes

La cycliste Cindy Montambault est souriante avec une tuque de Noël sur un vélo stationnaire.

La cycliste Cindy Montambault doit poursuivre l'entraînement pendant la période des Fêtes.

Photo : Radio-Canada / Émélie Rivard-Boudreau

Émélie Rivard-Boudreau

Le temps des fêtes est souvent l'un des seuls moments de l'année où les athlètes de haut niveau peuvent passer du temps avec leur famille. C'est le cas de Cindy Montambault et de Karol-Ann Canuel, deux cyclistes originaires de l'Abitibi-Témiscamingue qui se démarquent au niveau international.

À Val-d'Or, la cycliste de vélo de montagne Cindy Montambault prend quelques jours de sa vie chargée d'athlète pour passer du temps avec sa famille.

Je quitte demain matin, le 25, parce que le 26, je dors à l'aéroport, parce que le 27 au matin tôt, on quitte pour la Californie. Je passe à peu près un mois là-bas. Ça va être un mélange de vélo de route et de vélo de montagne.

La cycliste Cindy Montambault casse des oeufs dans sa cuisine pour faire une recette.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La cycliste Cindy Montambault profite tout de même de Noël pour passer du temps en famille.

Photo : Radio-Canada / Émélie Rivard-Boudreau

Cindy Montambault doit donc planifier des périodes d'entraînement entre les festivités. C'est sa réalité depuis les huit dernières années.

Si la famille est au courant, qu'elle est conciliante, qu'elle accepte aussi, ça aide beaucoup. Ce n'est pas facile de s'isoler dans une salle, d'aller faire trois heures d'entraînement quand tout le monde est dans la cuisine, tout le monde jase, tout le monde prend un café Baileys.

Cindy Montambault, cycliste

La cycliste sur route Karol-Ann Canuel prend aussi une pause avec sa famille, qui habite maintenant à Gatineau.

De son côté, l'entraînement est plus léger.

Du rouleau en dedans, mais sinon, je peux aller faire du ski ou de la raquette ou aller au gym. Ça me donne aussi un petit break après avoir fait mon premier bloc volume. Ça me donne un petit break et après je peux continuer au mois de janvier.

Pour la période des Fêtes, les deux athlètes ne se sont pas vu imposer d'interdits, mais elles veillent néanmoins à ne pas faire d'excès d'alcool ni à de faire preuve de gourmandise.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Vélo de montagne