•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas de cadeaux de Noël derrière les barreaux

Un centre de détention

Les décorations et les cadeaux sont interdits dans les centres de détention.

Photo : Radio-Canada / William Bastille-Denis

Radio-Canada

Les personnes incarcérées dans les établissements de détention du Québec n'ont droit à aucun passe-droit pendant le temps des Fêtes.

Un texte de Xavier Savard-Fournier

Aucun cadeau n’est distribué, aucune décoration n’est installée et aucune visite particulière n’est acceptée, même s’il s’agit d’un moment où les demandes de visite sont plus fortes. Les affaires courantes se poursuivent et les demandes de visite doivent avoir été approuvées selon le même processus que le reste de l'année.

Mais si les règles de détention restent les mêmes, les personnes incarcérées sont fébriles durant le temps des Fêtes, et il s'agit d'une occasion unique d’intervention pour les agents de détention.

« C’est vraiment un moment de réflexion, un moment de fébrilité, où on sent qu’il y a une ouverture et qu’on peut aller toucher certaines émotions même chez les plus récalcitrants. Noël, c’est puissant », soutient Sandy Lapointe, directrice des services professionnels à l’Établissement de détention de Québec.

En cette période de l’année, l’ensemble du personnel est d’ailleurs plus attentif et invite les personnes incarcérées à utiliser leur moment derrière les barreaux, loin de leur famille, pour réfléchir et s’assurer de ne pas revenir le Noël suivant.

C'est un moment où on peut susciter une remise en question. Au retour des Fêtes, on peut dire : "Tu te souviens, c'était pas facile, passer Noël en détention." On peut revenir là-dessus, on peut faire un bout de chemin.

Sandy Lapointe, directrice des services professionnels à l'Établissement de détention de Québec

Des activités à la carte

Selon les établissements de détention, il y a néanmoins des activités qui sont prévues pour les personnes incarcérées.

À Québec, par exemple, un goûter de Noël est offert et les dirigeants en profitent pour renouveler la banque de jeux de société de la prison.

Mais l’événement marquant du temps des Fêtes dans cet établissement est la messe célébrée depuis quatre ans par le cardinal Gérald Cyprien Lacroix, l’archevêque de Québec, à même le centre de détention.

« C'est Noël pour tout le monde et les gens qui sont incarcérés, les gens qui n'ont pas la liberté d'être avec leurs proches, qui ressentent davantage de douleur, ont besoin de cette présence », explique-t-il.

Pour lui, ce n’est pas une célébration comme les autres. Ses auditeurs sont très impliqués dans l’événement et il sent que ce moment les fait réfléchir.

Je les vois, ils doivent penser à leurs proches, à leur famille, aux gens qu'ils aiment, aux gens qui sont en dehors du centre de détention. Et je pense que ça leur fait vivre quelque chose qui goûte bon et ils ont besoin de ça.

Gérald Cyprien Lacroix, archevêque de Québec

Il y a même déjà eu une chorale de détenus dans des messes antérieures, mais l'initiative a été reléguée aux oubliettes. Ce genre d'activité est souvent liée à un bénévole qui tient le projet à bout de bras.

Quant aux personnes incarcérées qui ne sont pas croyantes ou qui pratiquent une autre religion, Sandy Lapointe affirme que les professionnels de l’établissement de Québec sont disponibles pour les appuyer au besoin.

Société