•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le bilan du tsunami en Indonésie s’alourdit à 373 morts

Dans un village où certaines maisons sont détruites, des secouristes transportent un corps dans un sac, entourés de badauds.

Des secouristes transportent le corps d'une victime du tsunami, à Pandeglang, dans la province de Banten, en Indonésie.

Photo : Reuters / Jorge Silva

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des dizaines de corps de victimes ont été extraits lundi de bâtiments démolis par le tsunami qui a frappé en Indonésie, tandis que les secouristes continuaient à rechercher des survivants de cette catastrophe, dont le bilan a grimpé à 373 morts, 1400 blessés et 128 disparus.

Des équipes de secouristes munis d'excavatrices et d'autres équipements lourds tentaient de dégager les débris, tandis que des milliers de personnes ont été évacuées sur les hauteurs. Certains sauveteurs travaillaient à mains nues.

Oxfam et d'autres organisations internationales ont annoncé leur aide.

Les conditions météorologiques actuelles rendent toutefois difficiles les opérations de secours, qui devraient durer une semaine.

« Il pleut énormément, les vents sont forts, nous n'avons qu'un court moment pour évacuer les gens et nettoyer », a indiqué le ministre indonésien des Travaux publics, Basuki Hadimuljono.

Le tsunami, qui a frappé soudainement samedi soir les rives du détroit de la Sonde, qui sépare les îles de Sumatra et de Java, a donc laissé derrière lui un paysage de désolation, même s’il « était relativement petit », selon Richard Teeuw, de l'Université de Portsmouth, au Royaume-Uni.

La Croix-Rouge estime que les « puissantes vagues » ont atteint entre 30 et 90 centimètres de hauteur.

Une vue aérienne du volcan Anak Krakatau lors d'une éruption dans le détroit de Sunda au sud de Lampung, Indonésie, 23 décembre 2018.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une vue aérienne du volcan Anak Krakatau lors d'une éruption dans le détroit de Sunda au sud de Lampung, Indonésie, 23 décembre 2018.

Photo : Reuters / Antara Foto Agency

Le Canada « grandement attristé » par la tragédie

« Nous offrons nos plus sincères condoléances aux familles et aux proches des victimes et souhaitons un prompt rétablissement aux personnes blessées », souligne Affaires mondiales Canada, qui fait état de 1869 Canadiens enregistrés en Indonésie.

Le gouvernement n’a encore reçu aucune demande d’assistance de Canadiens sur place, précise le ministère. La diaspora indonésienne au Canada retient malgré tout son souffle et s'inquiète pour ses proches.

L’Anak Krakatoa en cause

Selon les autorités, le tsunami est dû à l'effondrement sous-marin d'une partie du volcan Anak Krakatoa, qui est entré en éruption.

Les vagues ont été exacerbées par l'amplitude des marées anormalement élevées en raison de la pleine lune.

Les experts soulignent que ce phénomène rare pourrait se reproduire maintenant que le volcan est déstabilisé et que le risque de nouvelles vagues mortelles existe.

« Le risque de tsunami dans le détroit de la Sonde restera élevé tant que le volcan sera dans sa phase d'activité actuelle, parce qu'il est susceptible de déclencher d'autres glissements de terrain sous-marins », prévient ainsi Richard Teeuw, de l'Université de Portsmouth.

Les autorités ont aussi averti de ne pas s'approcher des plages et que l'alerte de fortes marées restait en vigueur jusqu'à mardi.

À la différence des tsunamis provoqués par les tremblements de terre et qui enclenchent les systèmes d'alerte, les vagues « volcaniques » ne laissent que très peu de temps aux autorités pour prévenir les gens.

Plusieurs maisons ont été détruites sur la plage. Des bateaux ont été repoussés sur la terre.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une vue aérienne de la côte de Pandeglang, frappée par le tsunami.

Photo : Reuters / Antara Foto Agency/HO-Susi Air

Tremblements de terre et tsunamis

Le président indonésien Joko Widodo s'est rendu lundi sur place, moins de trois mois après qu'un tsunami consécutif à un séisme eut fait des milliers de morts à Palu et dans sa région, sur l'île indonésienne des Célèbes.

En juillet et en août, l'île de Lombok avait déjà subi de puissants tremblements de terre.

L'Indonésie, archipel de 17 000 îles et îlots qui s'est formé par la convergence de trois grandes plaques tectoniques, se trouve sur la ceinture de feu du Pacifique, une zone de forte activité sismique et d'éruptions volcaniques. Elle compte 127 volcans actifs.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !