•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le NPD dénonce la lenteur du gouvernement ontarien à désengorger les hôpitaux

Des infirmières passent dans un couloir d'un hôpital de Winnipeg.

Les hôpitaux du Nord-Est de l'Ontario font face à de gros problèmes de surpeuplement.

Photo : Radio-Canada

Bienvenu Senga

La porte-parole en matière de santé du Nouveau Parti démocratique, France Gélinas, se dit « vraiment déçue et nerveuse » de voir les graves problèmes de surpeuplement auxquels continuent de faire face les hôpitaux du Nord-Est de l'Ontario. La députée estime que le gouvernement ontarien doit rapidement s'atteler au financement des soins alternatifs pour désengorger les hôpitaux.

Une récente analyse de CBC / Radio-Canada a confirmé qu’entre les mois d’avril et novembre derniers, les taux d’occupation des quatre principaux hôpitaux du Nord-Est ontarien ont régulièrement dépassé les 100 %. Le pire cas de figure est l’Hôpital Horizon Santé-Nord de Sudbury, qui a été surpeuplé pendant 225 des 244 jours évalués.

Si les données ne surprennent pas totalement la députée provinciale de Nickel Belt, elles ne la laissent pas indifférente pour autant.

Je suis vraiment déçue et un peu nerveuse également. Lorsqu’un hôpital est à surcapacité, c’est très difficile d’y donner des soins de qualité. Ça veut dire de longs temps d’attente dans la salle des urgences, un personnel stressé et des possibilités d’erreurs, affirme-t-elle.

La députée de Nickel-Belt en entrevue à Radio-Canada.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

France Gélinas

Photo : Radio-Canada

Les quatre établissements hospitaliers évalués, soit ceux de Sudbury, Timmins, North Bay et Sault-Sainte-Marie, ont tous souligné le manque de lits de soins de longue durée comme étant un facteur exacerbant le surpeuplement des hôpitaux.

Nos hôpitaux du Nord servent de filets de sauvetage qui ramassent tout le monde quand les soins à domicile, les soins de longue durée, les soins dans la communauté ne sont pas adéquats, on se ramasse tous là.

France Gélinas, députée de Nickel Belt et porte-parole du NPD en matière de santé

Le Réseau local d’intégration des services de santé (RLISS) du Nord-Est de l’Ontario soutient pour sa part déjà travailler sur l’amélioration du modèle des soins transitoires.

Nous continuons de travailler avec les quatre grands hôpitaux urbains et plusieurs hôpitaux communautaires afin de mettre en œuvre le cadre d’évitement des autres niveaux de soins [qui permet] d’acheminer les patients vers le bon lieu de soins, fait savoir le RLISS.

Dans une déclaration envoyée à Radio-Canada, une porte-parole de la ministre de la Santé et des Soins de longue durée indique que le gouvernement est déterminé à trouver des solutions pour mettre fin à la médecine de couloir.

Hayley Chazan rappelle notamment la promesse du gouvernement Ford de créer 15000 nouveaux lits de soins de longue durée dont certains dans le Nord ontarien au cours des cinq prochaines années.

« Pas la bonne solution »

Mme Gélinas estime que si la création de plus de lits de soins de longue durée est un pas dans la bonne direction, ce n’est pas la bonne solution.
Au fur et à mesure que les gens vieillissent, il faut être capable de les garder chez eux, mais de façon sécuritaire et respectueuse, note-t-elle.

Or, dans le Nord de l’Ontario, rappelle la députée, l’augmentation des lits de soins de longue durée dans des établissements déjà existants obligerait tout de même les patients vivant dans des zones rurales à s’éloigner de leur localité d’origine.

Des craintes de privatisation de système de santé

Le gouvernement attend le dépôt, l’année prochaine, des recommandations du Dr Rueben Devlin pour mettre en œuvre sa réforme promise du système de santé ontarien.

Mme Gélinas craint toutefois que l’ancien président-directeur général de l’Hôpital Humber River ne préconise des partenariats avec le système privé qu’elle croit mal adaptés à l’Ontario septentrional.

Nous, le système privé dans le Nord de l’Ontario, ça ne marche pas fort. Il n’y a pas d’argent à faire dans le Nord de l’Ontario, donc les grosses compagnies ne veulent pas s’installer dans nos communautés.

France Gélinas, députée de Nickel Belt et porte-parole du NPD en matière de santé

Le premier rapport du Dr Devlin devrait être publié à la fin du mois de janvier 2019.

Nord de l'Ontario

Établissement de santé