•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Daniel Kinumbe, l'espoir de l'Impact de Montréal

Daniel Kinumbe, l'espoir de l'Impact de Montréal
Radio-Canada

Daniel Kinumbe avait deux ans lorsqu'il a mis les pieds au Canada pour la première fois. À 19 ans, le jeune joueur de soccer, qui a grandi à Sherbrooke, vient de signer un contrat avec l'Impact de Montréal. Il espère maintenant se tailler une place comme partant avec le onze montréalais.

L'entraîneur-chef de l'Impact, Rémi Garde mise sur lui pour la prochaine saison. L'athlète sherbrookois ne veut pas le décevoir.

Le mérite viendra avec le temps et avec les efforts que je vais donner, reconnaît Daniel Kinumbe. C'est certain que le coach s'attend à beaucoup de moi, que je me donne et que je fasse bien.

Son entente avec l'Impact de Montréal est d'un an, assortie de trois années d'option. Le jeune joueur a complété sa saison en octobre avec le Fury FC d'Ottawa où ses qualités de défenseur offensif ont été remarquées.

C'est sûr qu'il faut toujours défendre, mais si je peux apporter mes qualités offensives, je vais le faire. Je vais donner des centres, marquer des buts, je vais le faire, répète-t-il avec assurance.

Son ancien entraîneur, Richard Pierre-Gilles, n'est pas surpris de le voir atteindre son but. Dans ses souvenirs, le talent de Daniel Kinumbe a toujours été indéniable.

On constatait qu'il était en contrôle de ses émotions dans les matchs, dans les situations tendues, se souvient-il. C'est un avantage pour nous, surtout que c'est un gaucher aussi.

Daniel Kinumbe et Clément BayihaDaniel Kinumbe et Clément Bayiha ont signé un contrat au même moment. Photo : Avec l'autorisation de Impact de Montréal

Une source d’inspiration

S'il deviendra peut-être une idole pour bien des partisans de l'Impact, il est avant tout une source d'inspiration pour ses deux frères.

Chaque fois que je le regarde à la télé, ça m'inspire beaucoup, raconte John Kinumbe.

Quand, je joue, des fois, on dirait que je me prends pour lui, ajoute son autre frère, Gabriel.

Lui-même le reconnaît, son travail et son talent n'auraient pas suffi pour atteindre le niveau professionnel sans les nombreux sacrifices de ses parents.

On a toujours l'espoir qu'on va faire tout ce qu'on peut pour que nos enfants ne disent pas plus tard " Papa, je ne fais pas ce que je pourrais faire, parce que vous ne vous êtes pas occupés de moi ", affirme son père, Michel Kinumbe.

Si je n'étais pas allé au centre national ou à l'académie et que mes parents ne m'avaient pas donné la chance d'aller au Triolet en sports-études, je ne serais pas où je suis maintenant, souligne le joueur.

Le camp d'entraînement de l'Impact commencera à la fin du mois de janvier.

Avec les informations de Jean Arel

Estrie

Soccer