•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le rapport d’Ottawa sur le caribou pourrait améliorer la protection de l'espèce, croit l'Action boréale

Un caribou forestier

Un caribou forestier

Photo : Radio-Canada

Boualem Hadjouti

L'Action boréale de l'Abitibi-Témiscamingue croit que le rapport sur le caribou forestier rendu public vendredi par Ottawa incitera les autorités à agir pour assurer la survie de l'espèce.

Le ministère de l'Environnement du Canada reconnaît avoir fait très peu de choses pour protéger l'habitat du caribou forestier.

Pour le président de l'Action boréale, Henri Jacob, ce constat prouve qu'il ne suffit pas de désigner une espèce comme menacée pour la protéger.

M. Jacob croit que l'aveu d'Ottawa confirme ce pour quoi son organisation milite depuis longtemps :

On est content de voir ça parce que ce qu'on reconnaît, en fait, c'est que le caribou boréal, le caribou forestier comme celui de Val-d'Or est une espèce considérée comme menacée et on indique que le gouvernement fédéral a l'intention de faire des efforts et de mettre beaucoup d'argent dans le but d'assurer sa survie, et dans ce cas-ci ça pourrait être une bonne nouvelle pour le caribou de Val-d'Or, mentionne Henri Jacob.

Henri Jacob Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Henri Jacob d'Action boréale

Photo : Radio-Canada / Boualem Hadjouti

L'ancien gouvernement du Québec blâmé

Henri Jacob reproche à l'ancien gouvernement du Québec de ne pas avoir agi afin de protéger l'espèce.

Il espère que l'arrivée du nouveau gouvernement de François Legault va changer les choses.

On est prêts à donner sa chance au nouveau gouvernement.

Henri Jacob, président de l'Action boréale

Selon M. Jacob, l'arrivée d'un nouveau ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs pourrait faire bouger certains dossiers.

L'Action boréale a déposé un plan pour le rétablissement [du caribou]. Le ministre en poste M. Pierre Dufour a une bonne réception, il analyse notre proposition de rétablissement et ça rentrerait facilement dans les plans du gouvernement fédéral de rétablir cette population, dit-il.

Ottawa considère que la protection de l’espèce désignée « menacée » est l'un des plus grands défis de conservation du Canada.

Abitibi–Témiscamingue

Animaux