•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La fracturation hydraulique a causé le séisme de Fort St. John, selon la C.-B.

En mars 2013, un ouvrier surveillait des réservoirs et des tuyaux servant à l'extraction de gaz de schiste à Rifle, dans l'Ouest du Colorado.

La fracturation hydraulique permet d'extraire du gaz naturel ou du pétrole en injectant de l'eau, du sable et des produits chimiques dans un puits sous pression foré à même la roche (Archives).

Photo : Associated Press / Brennan Linsley

Radio-Canada

La Commission du pétrole et du gaz de la Colombie-Britannique confirme que le procédé d'extraction de gaz de schiste est à l'origine du tremblement de terre qui a secoué la région de Fort St. John le 29 novembre.

Selon la commission, la fracturation hydraulique réalisée par la Canadian Natural Resources a causé le séisme d’une magnitude variant entre 3,4 et 4,5, mais qui n’a laissé aucun dommage.

Les activités d’extraction du gisement situé près de la frontière entre la Colombie-Britannique et l’Alberta demeurent arrêtées en attendant les résultats d’une étude technique.

La commission précise que les sept premiers puits forés par l’entreprise calgarienne n’ont causé aucun séisme d’une magnitude supérieure à 2,5.

Les activités d’extractions sont toutefois automatiquement suspendues dès que la région où a lieu la fracturation est secouée par un tremblement de terre d’une magnitude dépassant 3,0.

La fracturation hydraulique consiste à injecter de l’eau, du sable et des produits chimiques dans un puits sous pression pour y briser les pierres et en libérer du gaz naturel ou du pétrole.

Avec les informations de La Presse canadienne

Colombie-Britannique et Yukon

Incidents et catastrophes naturelles