•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Déversement de mazout à Gatineau : la quantité revue à la baisse

La rivière des Outaouais en hiver.

L’impact à la rivière est toujours considéré comme faible, selon le directeur régional du Centre de contrôle environnemental de l'Outaouais.

Photo : Radio-Canada / Yasmine Mehdi

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La quantité de mazout déversée vendredi dans le secteur du palais de justice de Gatineau a été revue à la baisse.

Au départ, le Centre de contrôle environnemental de l’Outaouais faisait état d'un déversement de 700 à 1200 litres de mazout. Les autorités ont précisé, samedi, que ce serait plutôt 200 à 300 litres de la substance qui auraient été répandus.

Le fournisseur, Petro-Canada Fuels, a déclaré avoir établi rapidement un plan et travaillé avec les autorités pour résoudre le problème. Les travaux de récupération se sont terminés vers midi samedi, selon le ministère de l'Environnement.

Le directeur régional du Centre a indiqué dans un courriel que la majorité de l’huile a été confinée par des boudins et l’estacade que l'équipe d'intervention a placés à la sortie de l'égout pluvial vendredi, dans la rivière des Outaouais.

Alexandre Ouellet a soutenu qu'après de nouvelles vérifications faites samedi matin dans la rivière des Outaouais, il n'y a pas de traces de mazout sur la partie visible de l’eau.

L’impact à la rivière est toujours considéré comme faible.

Une citation de : Alexandre Ouellet, directeur régional du Centre de contrôle environnemental de l'Outaouais

Urgence-Environnement s’assure que les mesures nécessaires à la sécurité de la population et à la protection de l’environnement sont mises en place, a conclu M. Ouellet.

Un incident « à prendre au sérieux »

Même si la quantité de carburant déversée est moins importante que ce qui était estimé au départ, il faut néanmoins prendre cet événement au sérieux, estime le directeur général de l'organisme Garde-Rivière des Outaouais, Patrick Nadeau.

À toute fin pratique, le mazout qui aurait pu atteindre la rivière aurait été très, très difficile à récupérer, juge-t-il. C’est important de se souvenir [...] que les drains de surface qu’on a en ville sont connectés directement à la rivière, rappelle M. Nadeau, puisque le mazout s'est déversé sur la chaussée avant de couler dans les drains de surface.

Garde-rivière des Outaouais compte faire enquête sur l'incident pour en éclaircir les causes.

Avec les informations de Yasmine Mehdi

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !