•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Commissaire à l’intégrité de Winnipeg n’enquêtera pas sur Kevin Klein

Un homme qui regarde la caméra, les bras croisés, avec en arrière-plan un paysage d'automne.
Kevin Klein a été élu en octobre dernier pour représenter Charleswood-Tuxedo. Photo: Radio-Canada / Warren Kay
Radio-Canada

Le Commissaire à l'intégrité de la Ville de Winnipeg a décidé de ne pas ouvrir d'enquête suite à la plainte déposée contre le conseiller municipal Kevin Klein pour conflit d'intérêts.

Dans la plainte datée du 5 décembre, la Winnipegoise Jennifer McDonald alléguait que les liens que M. Klein entretenait avec le site de nouvelles locales manitobapost.com créaient une situation de conflit d’intérêts.

Kevin Klein, qui a été élu en octobre dernier pour représenter Charleswood-Tuxedo, est l’ancien éditeur du site et est encore copropriétaire de l’entreprise qui le gère.

Dans sa plainte, Jennifer McDonald affirmait que le conseiller municipal ne devrait pas avoir d’intérêt commercial dans un organe de presse qui critique la Ville, et accusait M. Klein de manque de transparence au sujet de ses intérêts.

La Commissaire à l’intégrité, Sherri Walsh, a cependant répondu mercredi qu’elle n’ouvrirait pas d’enquête à ce sujet. « Le simple fait que M. Klein a un intérêt financier dans un organe de presse ne constitue pas en soi un conflit d’intérêts et une violation du Code de conduite », a-t-elle expliqué dans une lettre.

« C’est important de comprendre qu’avoir un intérêt, financier ou autre, n’est pas un problème. Ce qui importe, c’est ce qu’un élu fait avec cet intérêt dans l’exercice de ses fonctions », a-t-elle précisé.

Concernant le manque de transparence allégué par Mme McDonald, la Commissaire a ajouté que le conseiller municipal avait déclaré sa situation de copropriétaire, comme le demande la Loi sur les conflits d'intérêts au sein des conseils municipaux.

Kevin Klein n’était pas disponible pour commenter cette décision vendredi, mais, dans une déclaration publiée mercredi, il a annoncé avoir pris des mesures pour éliminer toute perception de conflit d’intérêts.

« Pour éviter toute possibilité que d’autres perçoivent un conflit entre mon rôle de conseiller municipal et mes liens avec une entreprise, j’ai décidé de me retirer de toute relation [avec l'entreprise] et de tout actionnariat », a-t-il dit.

La déclaration ne précise toutefois pas quand il s’est retiré.

Manitoba

Politique municipale