•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

SpaceX retarde le lancement d'un satellite militaire américain en orbite

Une fusée est prête sur une rampe de lancement dans un champ en Floride.

Une fusée Falcon 9 lors d'un lancement annulé en décembre à Cap Canaveral, en Floride

Photo : Reuters / Steve Nesius

Radio-Canada

La compagnie SpaceX reporte le lancement d'un satellite militaire américain prévu samedi matin, en raison de vents forts en haute altitude.

Une fusée Falcon 9 devait décoller vers 9 h samedi matin de Cap Canaveral, en Floride, avec à son bord un satellite GPS construit par Lockheed Martin.

Il s'agit du quatrième report en une semaine de cette mission spatiale en raison de contretemps météorologiques et techniques.

La prochaine tentative de décollage aura lieu dimanche à 8 h 51, heure de l'Est, selon le compte Twitter de la compagnie.

Si le lancement est réussi, il s’agira d’une première commande livrée par la compagnie du milliardaire Elon Musk pour le gouvernement américain.

Dure compétition

La compagnie cherche depuis plusieurs années à prouver qu’elle est en mesure de livrer d’importantes commandes militaires, un marché généralement dominé par Lockheed Martin et Boeing.

En 2014, SpaceX avait poursuivi l’armée de l’air américaine pour l’octroi sans appel d’offres d’un contrat de plusieurs milliards de dollars pour 32 lancements de fusée à United Launch Alliance, un partenariat entre Boeing et Lockheed.

La poursuite a été abandonnée en 2015 après que l’armée de l’air a accepté d’ouvrir l’appel d’offres à d’autres compétiteurs.

L’année suivante, SpaceX se voyait offrir un contrat de 83 millions de dollars par l’armée de l’air pour le lancement du satellite GPS III.

« Une fois opérationnelle, cette nouvelle génération de satellite assurera une précision trois fois plus élevée aux utilisateurs », estime le porte-parole de l’armée de l’air, William Russell.

Le prochain satellite doit être envoyé en orbite à l’été 2019.

Avec les informations de Reuters

Science