•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Il faut se rappeler pour qui on travaille, dit Amanda Simard

La députée franco-ontarienne Amanda Simard affirme comprendre la difficile position dans laquelle se trouve le député néo-brunswickois Robert Gauvin. Elle s'est entretenue avec Anne-Marie Dussault à l'émission 24/60.

Comme député, « on travaille pour les gens qu'on représente, pas pour les premiers ministres », affirme l'élue franco-ontarienne Amanda Simard, dont la démission du caucus conservateur en Ontario a fait grand bruit après l'annonce par le gouvernement conservateur de compressions aux services en français.

Mme Simard a fait cette déclaration vendredi à l’émission 24/60 en réaction aux propos de Robert Gauvin, vice-premier ministre du Nouveau-Brunswick. L’unique député acadien du Parti progressiste-conservateur est secoué par les événements entourant la volonté de son gouvernement d'embaucher des ambulanciers unilingues anglophones.

« Je ressens exactement ce qu’il ressent en ce moment. Je comprends, parce que j’ai été placée dans la même situation. Il peut me téléphoner s’il le veut », a dit Mme Simard, qui avoue que ce n’est pas facile et pense que Robert Gauvin subit « d’énormes pressions ».

Robert Gauvin, vice-premier ministre du Nouveau-Brunswick, en entrevue. Robert Gauvin, vice-premier ministre du Nouveau-Brunswick, est le seul député acadien du Parti progressiste-conservateur. Photo : Radio-Canada

Du même souffle, Amanda Simard affirme être déçue de Caroline Mulroney, la ministre déléguée aux Affaires francophones de l'Ontario. « Je comprends qu’on a une responsabilité de faire des économies […], mais lorsqu’il n’y a pas de raisonnement derrière, c’est là que j’ai un problème », dit-elle, pour expliquer son opposition aux coupes annoncées par Doug Ford.

« Il faut se souvenir pour qui on travaille en tant que député », poursuit la Franco-Ontarienne qui siège désormais comme indépendante.

Informés à la dernière minute

Le ministre de la Santé du Nouveau-Brunswick, Hugh Flemming, a insinué lors d'une conférence de presse mardi que son gouvernement avait l'intention de permettre à des ambulanciers unilingues anglophones d'occuper des postes bilingues, et ce, sans égards à une décision qui doit statuer sur la priorité des compétences linguistiques lors des embauches chez Ambulance Nouveau-Brunswick.

« J’étais à la conférence de M. Flemming, a affirmé Robert Gauvin vendredi. Je n’étais pas au courant de ce qui allait être dit. On m’a passé un papier deux minutes avant que je rentre et ça a été comme un coup de poing dans l’estomac. »

Un témoignage qui retient l'attention de Mme Simard en raison des similarités avec sa propre histoire. « Je vois qu’il y a une constante, a-t-elle affirmé en entrevue avec Anne-Marie Dussault. Il n’a pas su de quoi il s’agissait. Moi non plus, je ne le savais pas […]. Je ne sais pas si on essaie de nous cacher ce qui s’en vient pour qu’on ne puisse pas réagir. »

Amanda Simard a quitté le caucus de son parti après l'annonce par le gouvernement de Doug Ford de la dissolution du Commissariat aux services en français et de la fin du projet de création de l'Université de l'Ontario français, une décision motivée par les « défis financiers ».

Politique provinciale

Politique