•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le ministre Garneau veut de nouvelles règles pour prévenir la fatigue des employés ferroviaires

Des chemins de fer entourés de neige et des wagons au loin dans la ville de Churchill au Manitoba.

Le ministre Garneau a indiqué que les règles relatives aux périodes de travail et de repos devraient maintenant refléter les plus récentes données scientifiques et les pratiques en vigueur pour la gestion de la fatigue.

Photo : Radio-Canada

La Presse canadienne

Le ministre fédéral des Transports, Marc Garneau, ordonne aux compagnies de chemin de fer de mettre à jour leurs règles afin de remédier à la fatigue des employés.

Les exigences relatives aux périodes de travail et de repos pour les employés de ce secteur avaient été adoptées en 2002 et légèrement mises à jour depuis. Le ministre Garneau a indiqué vendredi que ces règles devraient maintenant refléter les plus récentes données scientifiques et les pratiques en vigueur pour la gestion de la fatigue.

Les nouvelles règles devraient traiter de questions telles que la durée de la période de service, les quarts de travail fractionnés, les périodes de repos minimales et la notification préalable des horaires de travail, a indiqué le ministre. Les compagnies de chemin de fer, en consultation avec les syndicats, devront soumettre leurs propositions de règles à Transports Canada d'ici le 19 mai, pour approbation d'ici la fin du mois de juin.

Les équipes de transport ferroviaire travaillent en général de longues heures irrégulières, souvent dans plusieurs fuseaux horaires et dans des conditions difficiles, rappelait le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) dans un rapport publié l'automne dernier.

La demande du ministre Garneau survient alors que le transport de pétrole brut par chemin de fer est en croissance constante au Canada. La première ministre Rachel Notley a aussi promis que l'Alberta achèterait de nouveaux wagons-citernes qui pourront acheminer 120 000 barils supplémentaires chaque jour, afin de pallier le manque d'oléoducs.

La fatigue, un facteur aggravant

Le BST a cité le manque de sommeil comme facteur ayant contribué à 19 accidents majeurs de trains de marchandises depuis 1994, y compris la tragédie de Lac-Mégantic, qui a fait 47 morts en juillet 2013. Depuis lors, la quantité de pétrole brut expédié par chemin de fer a doublé au Canada, pour atteindre un record de 269 829 barils par jour en septembre 2018.

La gestion de la fatigue des travailleurs du secteur ferroviaire figure sur la liste des principales préoccupations du BST depuis 2016, mais cette inquiétude a été aussi étendue aux secteurs maritimes et aériens. La présidente du BST, Kathy Fox, a déjà souhaité que Transports Canada, les compagnies de chemin de fer, les syndicats et les employés puissent travailler ensemble afin de prévenir et gérer l'épuisement au travail, un facteur de risque ou un facteur contributif dans plus de 90 enquêtes du Bureau depuis 1992, tous secteurs confondus.

« Les données scientifiques relatives à la fatigue ont beaucoup évolué depuis l'adoption des Règles relatives au temps de travail et de repos du personnel d'exploitation ferroviaire, en 2002, a indiqué le ministre Garneau. Nous comprenons mieux dans quelle mesure la fatigue peut nuire au rendement humain et, au bout du compte, compromettre la sécurité ferroviaire. Nous devons apporter des modifications maintenant. »

Politique fédérale

Politique