•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La tique qui cause la maladie de Lyme est active même en hiver

Le docteur est accroupis près du chien.

Le Dr Ryan Llera examine un chien à sa clinique vétérinaire de Kingston.

Photo : Radio-Canada / Frédéric Pepin

Frédéric Pepin

Même pendant l'hiver, des propriétaires d'animaux trouvent des tiques sur leurs bêtes. Cette tendance est à la hausse, surtout avec un début de saison très doux.

Le Dr Ryan Llera, vétérinaire de Kingston en Ontario, remarque que de plus en plus de chiens et de chats sont amenés à sa clinique pour se faire tester pour la maladie de Lyme. Leurs maîtres ont découvert qu’ils se sont fait piquer par une tique, même en pleine saison hivernale.

Le vétérinaire donne un biscuit au labrador.

Le vétérinaire Dr Ryan Llera et le labrador Chloe.

Photo : Radio-Canada / Frédéric Pepin

Nous attendons toujours d’avoir des températures de moins de 4 degrés Celsius durant au moins une semaine pour que la tique passe à l’hibernation. L’acarien est présentement actif et bien présent sous les feuilles et dans les longues herbes.

Dr Ryan Llera, vétérinaire de Kingston

La région de Kingston est un des endroits où il y a la plus importante présence de la tique porteuse de la maladie de Lyme en Ontario, selon le Dr Llera. Et si les animaux peuvent être exposés à l’insecte, le danger pour l’humain est aussi bien réel.

Beaucoup de propriétaires d’animaux ont arrêté d’administrer des médicaments ou des produits répulsifs contre les tiques à cause du début de l’hiver. Mais de plus en plus de vétérinaires recommandent une protection annuelle puisque les risques sont de plus en plus élevés, ajoute Ryan Llera.

Photo non-daté du U.S. Centers for Disease Control and Prevention (CDC)

Les tiques à pattes noires sont actives dès que la neige fond et elles peuvent transmettre la maladie de Lyme.

Photo : The Associated Press / James Gathany

Le vétérinaire note que les produits et médicaments disponibles sur le marché sont de plus en plus efficaces contre la tique. Selon lui, de moins en moins d’animaux de compagnie sont infectés par la bactérie.

Améliorer le diagnostic chez l'humain

L’Institut de recherche en santé du Canada, en partenariat avec le gouvernement fédéral, a investi 4 millions de dollars dans la recherche sur un meilleur outil pour diagnostiquer la présence de la maladie de Lyme chez l’humain.

La maladie de Lyme montre des symptômes de type auto-immunitaire qui se déclinent en trois temps

Le stade primaire

De trois jours à un mois après la morsure, on note l’apparition d’une rougeur cutanée autour de la morsure dans environ 80 % des cas. Cette rougeur, appelée érythème migrant, peut prendre la forme d’une cible. C’est une réaction du système immunitaire à la progression de la bactérie. On peut noter aussi un mal de tête, de la fièvre, de la fatigue et des douleurs articulaires.

Ensuite, les symptômes se dissipent. À ce stade, la maladie est souvent non diagnostiquée.

Le stade secondaire

Si la maladie n’a pas été traitée lors du stade primaire, des symptômes réapparaissent quelques semaines, quelques mois, voire des années après la morsure. Le symptôme le plus courant est l’arthrite. On peut aussi retrouver de la fatigue chronique, des maux de tête, un état dépressif, une paralysie faciale...

Encore une fois, les symptômes finissent par s’atténuer.

Le stade tertiaire

Certains patients non traités ou insuffisamment traités voient apparaître quelques mois ou années après la morsure les mêmes symptômes que le stade secondaire. L’arthrite peut réapparaître, durer plus longtemps et être très sévère. Des complications cardiaques sont alors fréquentes et peuvent même s’avérer mortelles.

Kieran Moore au quartier général de la santé publique de Kingston.

L’hygiéniste en chef du bureau de Santé publique de Kingston, Kieran Moore, est à la tête du Réseau pancanadien de recherche sur la maladie de Lyme.

Photo : Radio-Canada / Frédéric Pepin

L’hygiéniste en chef du bureau de Santé publique de Kingston, Kieran Moore, est à la tête de l’équipe de chercheurs d’un peu partout au pays qui travaille sur le projet.

Les patients nous ont dit qu’il faut de meilleurs outils pour diagnostiquer la maladie de Lyme, le plus tôt possible, mais aussi pour déterminer si la maladie a bel et bien quitté le corps humain. Ces outils n’existent pas au Canada présentement.

Kieran Moore, directeur, Réseau pancanadien de recherche sur la maladie de Lyme

Dans le cadre de ses recherches, le Réseau va suivre des patients qui sont atteints de la maladie. Selon le Dr Moore, le nombre de personnes qui sont infectées par la maladie dans la région de Kingston double chaque année. Et l’acarien continue d'étendre son territoire dans plusieurs régions du pays.

Une version précédente de ce texte indiquait que de moins en moins d’animaux de compagnie sont infectés par le virus alors que la maladie de Lyme est plutôt causée par une bactérie. Une référence à la tique comme étant un insecte plutôt qu'un acarien a aussi été modifiée.

Toronto

Santé publique