•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deux nouveaux chefs et une taxe carbone : la politique en Saskatchewan en 2018

Le palais législatif de la Saskatchewan
Le palais législatif de la Saskatchewan Photo: Radio-Canada
Andréanne Apablaza

L'année 2018 a été marquante en évènements d'importance nationale en Saskatchewan. Dans la sphère politique, la contestation de la province face à la taxe fédérale sur le carbone et l'arrivée du nouveau premier ministre ont retenu l'attention durant une grande partie de l'année.

Taxe carbone

La bataille de la Saskatchewan contre la tarification sur le carbone remonte à quelques années déjà. En mai 2017, le gouvernement fédéral annonce qu'il souhaite que les provinces mettent en place une taxe sur les émissions de CO2. Le premier ministre à l’époque, Brad Wall, a alors rétorqué qu’il n’hésiterait pas à porter la cause devant les tribunaux s’il le fallait.

Ce n’est toutefois qu’en avril, que la menace se concrétise. Le nouveau premier ministre Scott Moe intente une action en justice devant la Cour d'appel de la province pour contester la constitutionnalité de la taxe carbone.

En juillet, l’Ontario se joint à la poursuite de la Saskatchewan. Doug Ford vient même rencontrer Scott Moe et des dirigeants d’entreprises à Saskatoon en octobre pour que les deux provinces fassent « front commun contre la taxe carbone ».

En décembre, la Cour d’appel provinciale a approuvé la demande de tous les groupes souhaitant obtenir le statut d’intervenant dans la cause. Des représentants d’une vingtaine de groupes comme des organismes environnementaux, des groupes autochtones, des gouvernements, un parti politique, des associations seront invités à se faire entendre lors des audiences.

Scott Moe et Brad WallScott Moe (à droite) succède au premier ministre sortant Brad Wall, qui a annoncé la fin de sa carrière politique. Photo : La Presse canadienne / Liam Richards

Scott Moe devient premier ministre

Un autre évènement marquant de 2018 est le changement à la tête du gouvernement. Scott Moe remporte la course à la chefferie du Parti saskatchewanais le 27 janvier en obtenant 53,87 % des voix au cinquième tour du scrutin.

Cette victoire fait de lui le premier ministre de la province, alors que Brad Wall avait annoncé la fin de sa carrière politique en août 2017.

Scott Moe estime que le moment le plus important auquel il a dû faire face depuis son entrée en poste est la tragédie qui a décimé l’équipe de hockey junior des Broncos de Humboldt le 6 avril.

Ryan Meili, au podium, salue la foule.Ryan Meili a triomphé lors de la course à la direction du NPD de la Saskatchewan. Photo : La Presse canadienne / Michael Bell

Ryan Meili devient chef de l’opposition

Quelques semaines plus tard, c’est au tour de l’opposition de choisir son nouveau leader. Ryan Meili est élu chef du NPD de la Saskatchewan le 3 mars. Il bat Trent Wotherspoon, qui a assuré l’intérim du parti entre le mois d’avril et de juin après le départ du chef Cam Broten.

Le NPD a mis l’accent sur des enjeux très différents de ceux du Parti saskatchewanais cette année comme la santé et la santé mentale, l’éducation, et la taxe de vente provinciale.

Le chef Ryan Meili a fait de la crise des opioïdes son cheval de bataille. Il estime que ce type de dépendances est le symptôme de problèmes plus grands, dont les inégalités sociales et la pauvreté grandissante.

Affaires francophones

En octobre, la Direction des affaires francophones (DAF) de la Saskatchewan change de ministère. Il passe du conseil exécutif provincial au ministère des Parcs, de la Culture et du Sport.

Même si les employés, le budget et le mandat de la DAF restent les mêmes, assure le gouvernement, des craintes sont soulevées par certains membres de la communauté fransaskoise.

Le gouvernement justifie ce changement par la prestation de programmes culturels et de programmes de subventions qui créent des liens étroits entre la DAF et le ministère des Parcs, de la Culture et du Sport.

Quelques semaines plus tard, au moment où les services en français font l’objet de compressions en Ontario, la question du français en Saskatchewan est abordée lors de la période de questions à l’Assemblée législative… Une première en plusieurs années.

Le chef de l’opposition Ryan Meili a questionné le premier ministre sur ses intentions quant à l’avenir des services en français dans la province.

Selon le néodémocrate, les liens de Scott Moe avec Doug Ford pourraient mener la Saskatchewan à prendre une décision similaire à celle de l’Ontario d’abolir des services importants pour les francophones.

Scott Moe parle à Doug Ford dans un parc. Scott Moe et Doug Ford ont tous les deux entamé des poursuites contre le fédéral pour contester la taxation du carbone. Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

Au cours de 2018, plusieurs autres nouvelles ont retenu l’attention, comme la formule 50/50 de Scott Moe pour le calcul de la péréquation, la légalisation du cannabis dans la province et les problèmes d’approvisionnement ainsi que le budget provincial, qui est passé plutôt inaperçu quatre jours après la tragédie des Broncos.

À venir en 2019

On peut s’attendre à une année tout aussi mouvementée sur la scène politique, provinciale comme fédérale. D’abord, les audiences de la contestation judiciaire de la taxe carbone auront lieu les 13-14 février à la Cour d’appel de la Saskatchewan, à Regina.

La province présentera des excuses aux victimes de la rafle des années 60 le 7 janvier.

En mars, le gouvernement provincial doit présenter son premier budget équilibré en quatre ans. Et finalement en octobre, les élections fédérales pourraient changer le paysage politique du pays, et des circonscriptions représentant la Saskatchewan.

Saskatchewan

Politique provinciale