•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Exclusif
  • Robert Gauvin réfléchit à son avenir

    Robert Gauvin, vice-premier ministre du Nouveau-Brunswick, en entrevue.

    Robert Gauvin, vice-premier ministre du Nouveau-Brunswick, est le seul député acadien du Parti progressiste-conservateur.

    Photo : Radio-Canada

    Anaïs Brasier

    Robert Gauvin est « passé proche » de démissionner mercredi matin, admet-il. « J'ai appelé le premier ministre et je lui ai dit que si on était au-dessus des lois qui protègent les dossiers linguistiques, je n'étais plus là. »

    Blaine Higgs a finalement rassuré son vice-premier ministre, Robert Gauvin, mercredi matin. Il lui a promis que le Parti progressiste-conservateur n’était pas au-dessus des lois et qu’il respecterait la révision de la décision McEvoy, malgré ce qu’avait affirmé le ministre de la Santé, Hugh Flemming, la veille en conférence de presse.

    Mais si Robert Gauvin reste pour l’instant dans les rangs des progressistes-conservateurs, il avoue être en pleine réflexion. Les événements de cette semaine entourant les ambulances et les droits linguistiques l’ont secoué : Mardi, j’étais à la conférence de monsieur Flemming. Je n’étais pas au courant de ce qui allait être dit. On m’a passé un papier deux minutes avant que je rentre et ça a été comme un coup de poing dans l’estomac.

    Comme n’importe quel Acadien, je me suis senti bafoué dans mes droits.

    Robert Gauvin, vice-premier ministre du Nouveau-Brunswick

    La révision de la décision McEvoy, une victoire selon Robert Gauvin, et après?

    Le vice-premier ministre voit la révision de la décision McEvoy comme une victoire, même si en attendant le gouvernement veut permettre l’embauche d’ambulanciers unilingues dans des postes bilingues. Avec la révision McEvoy, on a dit qu’on ne sera pas au-dessus des lois. Donc, peu importe ce qui se passe tout de suite, dans quelques mois ça va être 100 % respecté.

    Mais il se doute bien que ce ne sera pas le dernier dossier complexe auquel son gouvernement fera face. Il est également inquiet du double discours de son parti, qui semble parfois dire une chose dans les médias francophones et une autre dans les médias anglophones, avoue-t-il.

    D’autres dossiers vont s’en venir, qu’est-ce qu’est ma place là-dedans? Je veux pas être là juste pour un symbole, je suis trop malin pour ça.

    Robert Gauvin, vice-premier ministre du Nouveau-Brunswick

    Je suis là tout de suite, j’ai un poste avec du pouvoir, un poste où j’ai pu exercer mon pouvoir quand c’est venu à la décision McEvoy. Ça en prend qui travaillent fort, et je vais le faire, mais si je m’aperçois que ça ne marche plus, on arrêtera, conclut-il.

    Robert Gauvin prévoit continuer sa réflexion durant les Fêtes, mais ne s’est pas donné d’échéance pour prendre une décision.

    Pour comprendre l'importance de la révision judiciaire

    • En avril dernier, l’arbitre John McEvoy avait demandé à Ambulance Nouveau-Brunswick (ANB) de revoir ses politiques en matière de langues officielles. Il avait conclu que les ambulanciers devaient être embauchés d’abord selon leur ancienneté, ensuite selon leur degré de bilinguisme.
    • L'ancien gouvernement libéral de Brian Gallant jugeait cependant que cette décision ne répondait pas aux exigences en matière de langues officielles, comme l'avait précisé un jugement rendu en novembre 2017 par la Cour du Banc de la Reine.
    • Selon ce jugement, le gouvernement et ANB doivent s'assurer que les citoyens des deux communautés linguistiques aient accès à des services d'ambulance de qualité égale dans la langue de leur choix.
    • Les libéraux avaient donc déposé une requête pour que le jugement rendu par John McEvoy soit révisé par un juge, et peut-être éventuellement annulé.
    • Le 19 novembre dernier, Blaine Higgs, nouvellement premier ministre, a annoncé son souhait de retirer cette requête déposée par le gouvernement précédent.
    • Mardi, le ministre de la Santé Hugh Flemming a dit que le gouvernement traiterait la demande de révision, mais que le résultat ne changerait rien à son intention de permettre l’embauche d’ambulanciers unilingues.
    • Mercredi, le premier ministre Blaine Higgs a finalement promis de respecter la conclusion de la révision judiciaire.

    Avec les informations de Michelle LeBlanc

    Nouveau-Brunswick

    Politique provinciale