•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fixation des prix de l'essence : le Bureau de la concurrence enquête dans le Nord-Ouest

Une station d'essence

Alors que le prix moyen du litre d'essence à Sudbury est de 1,08 $ le 21 décembre, il est de 1,20 $ à Thunder Bay.

Photo : Radio-Canada / Miguel Lachance

Radio-Canada

Le Bureau de la concurrence du Canada enquête sur les prix de l'essence dans le Nord-Ouest de l'Ontario. Il donne ainsi suite à une demande formulée en novembre par le ministre ontarien de l'Énergie, du Développement du Nord et des Mines, Greg Rickford.

Le ministre Rickford, qui est aussi député de la circonscription de Kenora-Rainy River, affirme que les prix de l’essence ont toujours été plus élevés dans le Nord-Ouest qu’ailleurs dans la province, mais croit que le phénomène est davantage flagrant depuis le retrait de l’Ontario du marché du carbone.

Les prix au détail ont diminué dans le reste de la province, mais pas dans le Nord-Ouest de l’Ontario, a déclaré jeudi Greg Rickford en entrevue à CBC.

La raison de la baisse des prix ailleurs est peut-être évidente, mais nous voulons la connaître avec certitude.

Greg Rickford, député provincial de Kenora-Rainy River
Un homme devant un microAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le ministre de l'Énergie, Greg Rickford

Photo : L'Assemblée législative de l'Ontario

En janvier dernier, l’instauration du système de plafonnement des émissions de gaz à effet de serre a engendré une hausse moyenne de 4,3 cents du prix du litre d’essence. Le ministre Rickford croit que les prix auraient dû baisser d’autant après le 3 juillet.

Je crois fermement que le Bureau de la concurrence évaluera soigneusement la démarche des détaillants et la fixation des prix, dit le ministre Rickford.

Il rappelle que son gouvernement s’est engagé à réduire le prix de l’essence de 10 cents le litre.

Si nous ne réglons pas cette situation, à quoi bon réduire le prix du litre d’essence de cinq cents si un détaillant quelque part peut simplement revoir son prix à la hausse?

Greg Rickford, ministre de l’Énergie de l’Ontario et député de Kenora-Rainy River

Le ministre Rickford espère que l’enquête permettra à la fois de mieux informer le public de la manière dont se calculent les prix à la pompe et de clarifier le rôle d’un gouvernement dans la réduction des prix de l’essence.

Pas une première

Le Bureau de la concurrence mentionne avoir déjà mené plusieurs autres enquêtes sur les prix à la pompe au Québec et en Ontario depuis 2008.

Gros plan d'une main qui actionne la poignée d'un pistolet à essence pour remplir le réservoir d'une voiture.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Québec réclame de l'Office national de l'énergie une modification de la méthode de calcul du prix de l'essence à la pompe.

Photo : Radio-Canada/Simon-Marc Charron

Selon le porte-parole du Bureau, Pierre-Yves Guay, à la suite de ces enquêtes, plusieurs individus et compagnies ont déjà plaidé coupables d’avoir pris part à une fixation des prix.

Le Bureau de la concurrence reconnaît que les prix de l’essence constituent un enjeu important pour les Canadiens.

Pierre-Yves Guay, porte-parole du Bureau de la concurrence du Canada

Il ajoute que le Bureau ne peut pas s’exprimer publiquement sur une enquête en cours. S’il y a lieu, les résultats seront transmis au Service des poursuites pénales du Canada.

Pierre-Yves Guay dit également ne pas connaître la durée de l’enquête.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nord de l'Ontario

Consommation