•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un bateau laboratoire pour former les futurs matelots

Le bateau-école Nouvelle-France est destiné à former les futurs matelots.
Le bateau-école Nouvelle-France est destiné à former les futurs matelots. Photo: Radio-Canada / Nicole Germain

C'est une première au Québec; un programme public a vu le jour pour former les matelots. La formation, donnée depuis un an, était une demande de l'industrie, qui est confrontée à une main-d'oeuvre de plus en plus vieillissante.

La Commission scolaire des navigateurs supervise le programme. Elle a pris le pari d'attirer un plus grand nombre d'étudiants.

« Avec un programme comme celui-là, on espérait accueillir davantage d'élèves et intégrer davantage de gens dans l'industrie », explique le directeur du Centre de formation en mécanique de véhicules lourds, Daniel-Étienne Vachon.

Les étudiants apprennent autant les rudiments pour devenir des « hommes de pont ou des hommes de salle des machines ».

« On montre aux étudiants à faire de la peinture, des notions de base en électricité, en plomberie, en soudage et en manutention de charges », explique M. Vachon.

Le bateau-école Nouvelle-France est destiné à former les futurs matelots. Le bateau-école Nouvelle-France est destiné à former les futurs matelots. Photo : Radio-Canada / Nicole Germain

Classe laboratoire

Les étudiants peuvent même mettre en pratique la théorie grâce à un bateau qui sert de classe laboratoire.

« C'est une grosse pièce et ça nous donne l'opportunité d'aller travailler sur un navire, et de voir c'est quoi au lieu de regarder des PowerPoint  », explique Michel Lagacé, étudiant en matelotage.

Une première cohorte d'étudiants a reçu son diplôme d'études professionnelles l'été dernier et, déjà, les étudiants ont trouvé un emploi dans leur domaine.

« Les étudiants travaillent tous, soit chez Groupe Océan, il y en a qui sont sur les Grands Lacs ou qui travaillent dans le Grand Nord », se réjouit M. Vachon.

Avec les informations de Nicole Germain

Québec

Éducation aux adultes