•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une halte-chaleur aménagée dans les locaux de la Soupe populaire de Hull

Un homme devant une tasse posée sur une table.

La Soupe populaire de Hull ouvre une halte-chaleur.

Photo : iStock / Getty Images

Radio-Canada

Une soupe, un café, un abri au chaud et une écoute attentive de 23 h à 7 h du matin, c'est ce que proposera la Soupe populaire de Hull dès vendredi soir pour que les personnes les plus démunies. Cette halte-chaleur est une solution temporaire pour faire face à l'afflux de personnes dans le besoin en raison de la pénurie de logements causée par les tornades de septembre et les inondations.

Une halte-chaleur, c'est un milieu entre un refuge et être dans la rue, un endroit où on peut se réchauffer, explique la directrice générale du Gîte Ami, Lise Paradis, en entrevue à l'émission Les Matins d'ici.

Il s'agit d'une mesure temporaire d'urgence mise sur pied pour pallier la hausse du nombre de personnes qui se présentent au Gîte Ami.

À partir de 23 h, [...] ceux qui ont besoin d'une place pour se réchauffer auront accès à notre salle communautaire jusqu'à 7 h du matin, ajoute Michel Kasongo, directeur général de la Soupe populaire de Hull. Il n'y aura pas de lit et de matelas pour dormir, mais il y aura une place où on peut être bien accueilli avec une soupe chaude et du café et de l'écoute active.

Un homme et une femme dans les bureaux de Radio-Canada.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

À gauche, Michel Kasongo et à droite Lise Paradis.

Photo : Radio-Canada / Nathalie Bastien

On s'entend que c'est un "plaster" sur le bobo. Il y a un gros bobo présentement à Gatineau, et il y a des partenaires qui sont prêts à travailler dessus.

Lise Paradis

Une crise du logement

Présentement à Gatineau, le taux d'inoccupation est de 1,2 %, ce qui est extrêmement bas. Et le Gîte Ami a une capacité maximale de 60 personnes.

On est en plein milieu d'une crise de logement. [...] Il nous faut plus de logements sociaux à Gatineau [...] du logement communautaire avec soutien communautairepoursuit Mme Paradis.Il y a des sinistrés de la dernière tornade qui n'ont pas trouvé de logement encore.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Pauvreté