•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le nouveau patron du centre d’appel de Sydney accueilli en héros

Anthony Marlowe, le PDG de MCI Canada, a reçu une tuque de père Noël d'une employée licenciée de ServiCom qui retrouvera son emploi en janvier.

Photo : CBC/Tom Ayers

Radio-Canada

Une foule enthousiaste a accueilli jeudi soir le nouveau patron du centre d'appel de Sydney, l'ancien ServiCom qui a fermé ses portes de façon inattendue il y a deux semaines.

Anthony Marlowe, le PDG de MCI Canada, a été ovationné à plusieurs reprises par les quelque 350 personnes qui s’étaient rendues à la Légion royale canadienne pour l’accueillir.

Il a promis que les 600 employés de ServiCom mis à pied retrouveraient leur emploi, au même niveau salarial qu’avant. L’homme d’affaires de l’Iowa a même promis d’améliorer les avantages sociaux des employés.

Aux journalistes présents, il a ensuite précisé que des employés clés seraient de retour au travail pendant les Fêtes.

Nous allons remettre sur pied l’équipe de gestion, a-t-il dit. Nous allons rallumer la flamme [...] avec le personnel des ressources humaines, les gestionnaires des programmes, les dirigeants, etc.

Le reste des employés devraient recommencer à travailler le 7 janvier, mais doivent se tenir prêts à un rappel au travail dès le 2 janvier, a-t-il dit.

Le nombre exact d’employés concernés varie de 500 à 600. Qu’importe le chiffre, tous seront rappelés, selon M. Marlowe.

Nous voulons remplir la place. Ces centres de services à la clientèle ne sont pas faits pour être à moitié vides… Il ne nous manque pas de contrats!

Un centre d'appel profitable

L’ancien exploitant du centre d’appel de Sydney, ServiCom, avait des contrats avec quatre entreprises au moment de sa faillite : OnStar de GM, la radio satellite Sirius, les assurances Allstate et AT&T.

Un niveau d’endettement trop élevé et un manque d’actifs ont eu raison de ServiCom en dépit du fait que le centre de Sydney était très profitable, selon Anthony Marlowe.

Une ancienne employée, Maria MacDonald, affirme que les profits du centre d’appel de Sydney servaient à éponger les déficits d’autres centres appartenant à la compagnie mère de ServiCom, JNET, aux États-Unis.

MCI Canada a pu racheter les contrats de ServiCom lors d’enchères qu’il a remportées.

Anthony Marlowe a promis de gérer le centre d’appel de Sydney à part, au sein de la structure organisationnelle de son entreprise.

Avec les informations de CBC

Nouvelle-Écosse

Emploi