•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La commission d'enquête sur Muskrat Falls fait relâche

Le juge Richard LeBlanc converse avec deux manifestants devant le Centre Lawrence O'Brien, le 17 septembre 2018 à Happy Valley-Goose Bay, au Labrador.

Le juge Richard LeBlanc s'arrête pour saluer des manifestants devant le Centre Lawrence O'Brien, lundi à Happy Valley-Goose Bay, au Labrador.

Photo : Terry Roberts/CBC

Radio-Canada

À Saint-Jean de Terre-Neuve, la première partie de la commission d'enquête sur le mégaprojet hydroélectrique Muskrat Falls vient de prendre fin.

Qualifié par l'actuel premier ministre libéral Dwight Ball de plus grosse erreur fiscale de l'histoire de la province, le projet a coûté jusqu'à présent 12,7 milliards de dollars, le double de ce qui était initialement prévu.

La commission a entendu près d'une soixantaine de témoins depuis le début de ces audiences en septembre. Présidées par le juge Richard LeBlanc, elles ont débuté à Happy-Valley-Goose-Bay au Labrador, avec le témoignage de Bent Flyvberg, un économiste de l’Université d’Oxford spécialiste en gestion de mégaprojets.

Les projets hydroélectriques sont les grands projets les plus risqués, à l'exception des projets nucléaires. Il n'y a que les Jeux olympiques qui entraînent plus de risques financiers, a expliqué M. Flyvberg.

Le chantier Muskrat Falls en hiver.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le chantier Muskrat Falls en hiver.

Photo : Nalcor Energy

Différents témoins sont venus raconter que les acteurs impliqués dans Muskrat Falls avaient très peu d'expérience dans la construction de tels projets hydroélectriques, que les coûts avaient été volontairement sous-estimés et les autres options avaient été mal évaluées.

Dans un témoignage fort attendu en octobre à Saint-Jean, l’ancien premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador, Danny Williams, a continué de défendre Muskrat Falls. Il affirme qu'il s'agit toujours d'un bon projet pour la province.

C'est quelque chose dont nous pouvons être vraiment fiers.

Danny Williams, le 1er octobre.

De son côté, Kathy Dunderdale, qui était première ministre lors de l’approbation du projet, a dû expliquer pourquoi elle n’avait pas demandé de vérification indépendante des budgets proposés par Nalcor Energy.

Lundi dernier, elle a affirmé qu’elle ne voyait pas pourquoi elle aurait dû douter de ce qu’on lui expliquait.

La deuxième partie des audiences doit se dérouler de février à juin et se penchera sur les événements entourant la construction de Muskrat Falls.

Un rapport final est attendu d'ici la fin de 2019.

Avec les informations de Marie Isabelle Rochon

Terre-Neuve-et-Labrador

Énergie