•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • La taverne : dernier bastion exclusivement masculin dans les années 1970

    Radio-Canada

    Vous souvenez-vous de l'époque où la présence des femmes était interdite dans les tavernes du Québec? Ce n'est qu'en 1979 qu'on lève l'interdiction et que des bières peuvent leur être servies. Un dur changement, difficile à avaler pour certains hommes qui tiennent obstinément à ce lieu sacré. Nos archives témoignent de l'époque de la taverne exclusivement masculine.

    Si une femme rentre ici, si la femme est acceptée, ben la table de pool s’en va. J’aime bien mieux avoir une table de pool qu’une femme parce que j’en ai une chez nous, je n’en ai pas besoin ici.

    Client d’une taverne

    Dans ce vox pop du 27 septembre 1978, des hommes se prononcent sur l’importance de leur lieu de prédilection. La taverne est alors menacée de disparaître avec l’avènement de la brasserie.

    Lieu de rassemblement au même titre que la taverne, la brasserie accepte la gent féminine qui peut consommer de l’alcool sur place.

    C’est en 1937 que le gouvernement de Maurice Duplessis claque la porte des tavernes aux femmes avec l’idée qu’il ne s'agit pas d'un lieu approprié pour elles.

    La taverne est un refuge où les hommes se retrouvent entre amis, pour boire, pour discuter et pour se défouler. Sans la présence des femmes, nul besoin de faire attention à son langage ou à son attitude.

    L’interdiction de ce lieu aux femmes passe même par la force comme en témoigne ce reportage de juin 1971.

    Entrées dans une taverne en guise de protestation, elles s’assoient à des tables et commandent à boire avant de se faire sortir avec force. On y voit des femmes être arrêtées par la police sous les huées des clients.

    Reportage, juin 1971

    La tradition de servir de la bière exclusivement aux hommes s’enracine dans la vie quotidienne québécoise. Il faudra attendre quatre décennies avant que les femmes puissent de nouveau entrer dans les tavernes.

    La Loi sur les infractions en matière de boissons alcooliques est modifiée en 1979. À partir de ce moment, les tavernes ont l'obligation d'ouvrir leurs portes aux femmes.

    Il existe toutefois une exception. Les propriétaires de tavernes ouvertes avant 1979 peuvent se prévaloir de leur droit acquis.

    Cela leur confère le droit de maintenir l’interdiction d’accueillir la gent féminine, comme ce fut le cas avec la taverne Toe Blake ouverte en 1952.

    Véritable institution montréalaise, la taverne, qui porte le nom de son propriétaire et ancien entraîneur des Canadiens, a maintenu son droit d’accepter une clientèle exclusivement masculine. Et ce, jusqu’à la fermeture de l'établissement en 1983.

    Dans son reportage au Téléjournal du 30 novembre 1983, la journaliste Danielle Levasseur constate qu’il demeure de l’hostilité chez certains hommes de voir une femme dans « ce dernier bastion exclusivement réservé aux hommes. »

    On y perçoit également la tristesse et la nostalgie d’un temps révolu chez les habitués qui fréquentaient la taverne parfois quotidiennement.

    Téléjournal, 30 novembre 1983

    L’ouverture des tavernes aux femmes et la réorientation de nombreux établissements en brasseries ont marqué la fin d’une époque pour bon nombre de Québécois.

    Encore plus de nos archives

    Archives

    Alimentation