•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Il y a 20 ans, l’euro faisait son apparition dans la vie des Européens

    Un ballon reprenant les couleurs bleue et jaune et les étoiles du drapeau de l'Europe vole dans les airs.
    Le 1er janvier 1999 était lancée la première étape de la mise en place de l'euro. Photo: Radio-Canada

    Il y a 20 ans, 11 pays européens entreprenaient la transition vers une monnaie unique : l'euro. Cette ambitieuse initiative économique créait de l'enthousiasme chez les uns et de la méfiance chez les autres, comme le montrent nos archives.

    Tout a bien changé sur les marchés financiers. Plus de cotations en francs français, en marks allemands ou en lires italiennes, qui ont cédé leur place à une seule et même monnaie européenne.

    Céline Galipeau

    Une révolution monétaire en Europe

    C’est en ces termes que le 4 janvier 1999, la correspondante à Paris Céline Galipeau présentait au Téléjournal/Le Point la première étape de la mise en place de l’euro, la monnaie unique européenne.

    Trois jours avant, 11 pays membres de la Communauté européenne avaient instauré l’étape, dite scripturale, de la mise en place de l’euro.

    Dans le système bancaire, l’euro remplaçait les monnaies nationales. Les banques commençaient à distribuer des chéquiers libellés en euro que pouvaient utiliser leurs clients.

    Les billets et pièces des anciennes monnaies ont toutefois continué à avoir cours légal, jusqu'à ce que l'euro sonnant et trébuchant soit introduit.

    Cette deuxième étape, dite fiduciaire, s'est produite le 1er janvier 2002. Pendant cette période de transition, l’euro était un peu un concept abstrait pour bien des Européens, auquel il faudra pourtant qu’ils s’habituent.

    De l’écu à l’euro

    Depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, plusieurs dirigeants européens rêvaient d’une monnaie unique qui cimenterait l’unité du Vieux Continent.

    C’est notamment le cas du président français Valéry Giscard d’Estaing et du chancelier ouest-allemand Helmut Schmidt.

    Dès 1979, ils proposent aux gouvernements de la Communauté européenne la création d’un Système monétaire européen dont la devise s’appelle l’écu (acronyme de « European Currency Unit »).

    Le 11 mars 1979, le correspondant de Radio-Canada à Bruxelles Paul-André Comeau présente le nouveau venu dans un reportage aux nouvelles.

    Le Système monétaire européen et l’écu visent à contrecarrer l’instabilité des cours des devises européennes et du dollar américain.

    Mais cet écu n’existe pas en espèces sonnantes et trébuchantes.

    Mais pourquoi la monnaie unique européenne ne s’appelle-t-elle donc pas aujourd’hui l’écu?

    Le nom était trop associé à une ancienne monnaie française. Mais il y aurait une autre raison plus insolite.

    C'est qu’en allemand les termes « un écu » et « une vache » se disent pratiquement de la même façon.

    C'est un amalgame plutôt embarrassant pour la première puissance économique européenne.

    C’est finalement un professeur d’histoire, le Belge Germain Pirlot, qui propose une porte de sortie.

    Dans une lettre adressée au président de la Commission européenne Jacques Santer, Germain Pirlot propose le nom euro pour désigner la nouvelle monnaie.

    C’est une abréviation pour le mot « Europe ». Son symbole, €, est inspiré par la lettre grecque epsilon Σ. Les deux barres qui le traversent représentent la stabilité.

    Un projet qui a ses opposants

    Le correspondant à Paris Don Murray nous présente un reportage le 16 juin 1997 qui nous montre l’opposition de certains Européens à l’idée d’une monnaie commune.

    Le Royaume-Uni, mais aussi le Danemark et la Suède, décident de garder leur monnaie nationale respective.

    Plusieurs éléments de la gauche européenne rejettent l’euro qui, pour eux, est un instrument permettant l'instauration de politiques d’austérité.

    Aux Pays-Bas, le ministre des Finances se fait même entarter (deux fois plutôt qu'une) par des opposants à la disparition du florin!

    Le 1er janvier 2002, la deuxième étape de la mise en place de l’euro commence malgré ces hésitations.

    Cette étape, dite fiduciaire, fait entrer en circulation les billets et pièces dans les pays européens qui ont adopté la monnaie.

    Le 13 janvier 2002, l’animateur de 5 sur 5, Bernard Derome, explique en détail le processus de changement et l'ampleur de l’opération.

    Certains détails donnés dans ce reportage vont peut-être vous surprendre.

    Encore plus de nos archives

    Archives

    International