•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Voler une voiture en 30 secondes

Une vague de vols dans des véhicules où les suspects ouvrent des portes non verrouillées ou fracassent des vitres.

Photo : Getty Images / South_agency

Radio-Canada

La traditionnelle clé en métal pour déverrouiller et démarrer une voiture est en train de disparaître. Aujourd'hui, il suffit de porter sur soi un dispositif électronique et la portière s'ouvre dès qu'on s'approche de son véhicule. Ces avancées technologiques inquiètent cependant plusieurs experts en sécurité, car les automobiles sont maintenant faciles à voler.

Un texte de Vincent Maisonneuve et François Mouton

Spécialiste en sécurité informatique à Polytechnique Montréal, le professeur José Fernandez prévient que ces systèmes sans clé ont des failles de sécurité que les voleurs savent très bien exploiter.

« C’est un peu décevant de voir qu’en 2018, alors qu’on réussit à appliquer des mesures de sécurité efficaces pour les transactions bancaires, que l’on ne soit pas capable d’appliquer ces mêmes principes dans le domaine automobile. »

Voiture volée par attaque par relais

Le professeur Fernandez estime qu’avec quelques centaines de dollars, un voleur peut se procurer l’équipement nécessaire pour voler un véhicule en utilisant une méthode appelée « attaque par relais ». Dans ce type de vol, l’objectif est de faire croire à la voiture que la clé se trouve juste à côté du véhicule, même si dans les faits, la clé est à quelques centaines de mètres.

Si la clé est sur la table à café du salon et le voleur près de la voiture, il peut avec un amplificateur de signal faire croire au porte-clés qu’il est dans la voiture. À ce moment-là, le voleur peut partir avec la voiture.

José Fernandez, spécialiste en sécurité informatique à Polytechnique Montréal

Le professeur Fernandez ajoute que, même si « la voiture ne pourra pas redémarrer plus tard, le voleur peut l’amener pour qu’elle se fasse dépiécer pour la vente de pièces ».

L’expert en sécurité informatique est catégorique: avec les clés électroniques d’aujourd’hui, « on est dans une situation pire qu’à l’époque des clés en métal ».

500 voitures sont volées par jour dans le pays

« Disons que c’est décevant. À l’APA [Association pour la protection des automobilistes, NDLR], on a été déçu par la disparition de la vieille clé mécanique que l’on devait insérer dans une serrure », soutient son président Georges Iny. Selon lui, le remplacement de la clé mécanique par un dispositif électronique fait disparaître « une ligne de défense ». M. Iny ajoute qu’« il est clair qu’une protection purement électronique peut se déjouer à distance, et ça, c’est inquiétant ».

Bien qu’il existe des failles dans les systèmes de protection des voitures, la fréquence de vols d'automobiles n’a cessé de baisser au Québec de 2007 à 2016, bien que le Groupement des assureurs automobiles note une première hausse de 2016 à 2017.

« Les statistiques montrent que le vol d’automobiles revient en importance et [que] le taux de récupération de véhicules volés est à la baisse », constate Georges Iny. Il ajoute que « le vol est plus professionnel et les véhicules quittent le pays ».

Des voitures volées pour l’exportation

Le courtier en assurance Louis Cyr souligne que « l’on voit en ce moment, dans la liste des véhicules les plus volés, s’introduire des modèles de très grande valeur. Pour Louis Cyr, « cela signifie que le marché de l’exportation est de retour ».

Le Bureau de l’assurance du Canada (BAC) estime que « le faible taux de récupération des véhicules volés suggère l’implication du crime organisé et que les véhicules volés sont exportés à partir des ports canadiens et des villes frontières ».

Dans un communiqué publié le 11 décembre, le BAC ajoutait que « selon le Service canadien de renseignements criminels, les groupes de crime organisé impliqués dans des crimes reliés aux véhicules exercent principalement leurs activités à partir de Montréal et de Toronto ».

Le Service de police de la Ville de Montréal estime que 500 voitures sont volées chaque jour au Canada. Le sergent Emmanuel Anglade conseille aux citoyens « de ne pas laisser leur clé [dispositif électronique] de voiture à proximité des portes et des fenêtres de la maison, car les voleurs peuvent intercepter le signal de la manette du véhicule ».

Les nouvelles clés pourraient être plus sécuritaires

Le professeur José Fernandez ne comprend pas pourquoi les nouvelles clés électroniques ne sont pas mieux protégées contre le vol. « Il serait théoriquement possible de faire des clés pour une voiture aussi sécuritaires que nos transactions sur Internet si les manufacturiers investissaient quelques dollars de plus dans leurs clés. »

Le président de l’APA, Georges Iny, estime que l’industrie automobile n’est pas assez proactive. « Quand il est question de vol, l’industrie ne voit pas ça comme étant sa responsabilité. »

Est-ce que le fabricant est perdant de se faire voler un véhicule? La réponse est non. On a compris que les fabricants ne détestent pas le vol, ça fait rouler leur inventaire. Ça signifie des nouvelles ventes.

Louis Cyr, courtier en assurance

Mais si le nombre de vols augmente trop, les assureurs vont tôt ou tard augmenter leurs primes. Si les primes d’assurances contre le vol augmentent trop, c’est le consommateur qui réagira. Et c’est souvent quand les consommateurs en ont assez que les autorités adoptent des normes et que les constructeurs automobiles agissent.

Industrie automobile

Société