•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Véhicules électriques : appel à la courtoisie aux bornes de recharge

Une voiture électrique branchée à une borne de recharge.

Borne de recharge pour véhicules électiques chez AddÉnergie, à Shawinigan

Photo : Radio-Canada

Jonathan Lavoie

Avec le nombre croissant de véhicules électriques sur les routes, il est parfois difficile de trouver une borne de recharge inoccupée, d'où l'importance pour les « électromobilistes » d'utiliser les bornes uniquement en cas de besoin, font valoir certains utilisateurs.

Dans une page Facebook nommée « Les vacheurs de bornes », des propriétaires de véhicules électriques signalent des cas problématiques.

Si certaines publications dénoncent la présence d’un véhicule à essence dans un espace réservé, la plupart des publications signalent plutôt des véhicules électriques qui ne sont pas en train de charger, bien qu’ils soient stationnés devant une borne.

Un véhicule électrique bleu de marque Tesla occupe un espace de stationnement réservé peint en vert, mais il n'est pas branché à la borne de recharge à sa droite.

Un véhicule électrique dans un stationnement réservé sans être branché à la borne.

Photo : Facebook / Groupe « Les vacheurs de bornes »

Un des administrateurs du groupe, Frédéric Allard, estime que plus les véhicules électriques deviendront grand public, plus il sera nécessaire de sensibiliser les propriétaires aux bonnes pratiques d’utilisation des bornes.

Trop souvent, il constate que des véhicules électriques sont stationnés devant une borne, non pas parce que les automobilistes les utilisent, mais plutôt parce que les espaces sont généralement situés près de la porte d’entrée des commerces.

« Ils ne se connectent pas, ils prennent ça pour un stationnement VIP, juste en face de tous les restaurants, c'est plus facile », déplore le passionné de véhicules électriques.

C'est encore plus frustrant que si c’était des véhicules à essence, parce que les propriétaires de véhicules électriques devraient comprendre la situation.

Frédéric Allard, administrateur de la page « Les vacheurs de bornes »

Frédéric Allard compare la situation à des véhicules qui resteraient stationnés pendant des heures devant une pompe à essence, empêchant ainsi les autres automobilistes de se rendre à destination.

Contraventions

Depuis l’adoption des modifications au Code de la sécurité routière, les propriétaires de véhicule à essence qui utilisent un stationnement réservé aux véhicules électriques peuvent recevoir une amende. Cette disposition s’applique aussi aux véhicules électriques qui se trouvent dans un stationnement réservé sans être branchés à une borne.

Les principes de courtoisie

Devant la hausse de cas signalés pour la mauvaise utilisation des bornes, l’Association des véhicules électriques du Québec (AVEQ) a élaboré un protocole de courtoisie destiné aux propriétaires de véhicules électriques.

Le représentant de l’AVÉQ, Maxime Roussel, rencontré dans le stationnement d’un magasin grande surface à Québec, donne un exemple pour illustrer la nécessité de penser aux autres automobilistes.

« Aujourd'hui ici il y a quatre véhicules de branchés, c'est des bornes gratuites incitatives, mais je serais prêt à parier qu'aucun de ces véhicules-là n'a besoin d'une recharge pour retourner à la maison », lance-t-il d’entrée de jeu.

Maxime Roussel, délégué régional pour l'Association des véhicules électriques du Québec, est à l'avant-plan devant des bornes de recharge pour véhicules électriques.

Maxime Roussel, délégué régional pour l'Association des véhicules électriques du Québec

Photo : Radio-Canada

Or, dans un monde idéal, les bornes seraient utilisées seulement en cas de besoin.

L’AVÉQ recommande également aux propriétaires de véhicules électriques d’utiliser le Protocole de courtoisie, disponible en ligne.

« Le Protocole de courtoisie est simple. On laisse notre prénom, notre numéro de cellulaire et l'heure qu'on pense partir. Ça donne une indication à l'autre qui vient pour se brancher », illustre Maxime Roussel.

Avec ces informations, un automobiliste à la recherche d’un endroit où recharger son véhicule saura facilement s’il vaut la peine d’attendre que la borne se libère ou s’il vaut mieux en trouver une autre.

Le guide de courtoisie de l’AVÉQ

  • Utiliser les bornes uniquement en cas de besoin
  • Ne jamais débrancher un véhicule sans la permission du propriétaire
  • Libérer la borne lorsque le chargement est complété
  • Rester à proximité de son véhicule dans le cas des bornes de recharge rapide
  • Utiliser le Protocole de courtoisie et indiquer dans son pare-brise son nom, numéro de téléphone et l’heure de départ
Un formulaire destiné aux propriétaires de véhicules électriques où ils peuvent écrire leur nom, prénom, numéro de cellulaire et l'heure à laquelle ils prévoient libérer la borne.Agrandir l’image

Le formulaire est disponible en ligne sur le site de l'AVÉQ.

Photo : Radio-Canada

En date du 30 septembre 2018, la Société d’assurance automobile du Québec (SAAQ) dénombrait plus de 35 000 véhicules électriques sur les routes de la province.

« Il n'y a pas assez de bornes encore pour le nombre de véhicules électriques qu'il y a présentement, note Maxime Roussel. Le nombre de véhicules augmente même si le nombre de bornes augmente, alors on a quand même le problème de courtoisie. »

En octobre 2018, le Circuit électrique, principal propriétaires de bornes au Québec, comptait plus de 1500 bornes dont 124 à recharge rapide.

Québec

Société