•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les personnalités de l’année au Bas-Saint-Laurent en 2018

Votez pour la personnalité de l'année au Bas-Saint-Laurent.

ICI Bas-Saint-Laurent souligne cette année la contribution de Bas-laurentiens qui se sont illustrés dans divers domaines.

Photo : Radio-Canada

Édith Drouin
Ariane Perron-Langlois

Radio-Canada Bas-Saint-Laurent vous présente cette année les personnalités qui ont eu le plus d'impact dans leur domaine respectif en 2018. Ces personnes et ces groupes ont marqué l'actualité et la vie des gens de la région par leurs réalisations, leurs projets et leurs sorties publiques.

Nous reconnaissons que ce processus est en partie subjectif. Ces nominations sont le résultat d'une analyse rigoureuse faite par un comité éditorial de Radio-Canada en fonction de critères précis (Nouvelle fenêtre), mais nous ne prétendons pas qu'elles ont une valeur scientifique. Elles sont plutôt le reflet de personnalités qui ont marqué notre région cette année.


Politique

Pascal Bérubé
député de Matane-Matapédia et chef intérimaire du Parti québécois

Pascal Bérubé, chef intérimaire du Parti québécois et député de Matane-Matapédia.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Pascal Bérubé, chef intérimaire du Parti québécois et député de Matane-Matapédia

Photo : Radio-Canada / Charles Beaudoin

Pascal Bérubé a été de toutes les tribunes en 2018. D’abord comme leader parlementaire, puis comme chef intérimaire du Parti québécois. Le 1er octobre, il a obtenu un 5e mandat avec 69,5 % des voix. Il s’agit de la plus forte majorité parmi les députés de l’Est-du-Québec.

Ça a été ma grande surprise! L’ampleur du résultat du 1er octobre, dans des circonstances difficiles, me donne beaucoup d’énergie, beaucoup de motivation […] C’est toute ma vie, la politique. Je n’ai pas de loisirs.

Pascal Bérubé, député de Matane-Matapédia

Dans sa circonscription, le député a été particulièrement actif pour défendre l’accessibilité des soins de santé dans la Matanie, la Mitis et la Matapédia. Il a notamment organisé une assemblée citoyenne à propos de la réorganisation des services à l’hôpital de Mont-Joli et mis sur pied un comité sur la santé dans la Mitis.

Ce comité recommencera à siéger en janvier. En 2019, Pascal Bérubé aura aussi le défi d’assurer une transition harmonieuse à la tête du Parti québécois. Il devra aussi entreprendre la reconstruction du parti, qui ne compte plus que 10 députés.


Mobilisation et action citoyenne

Le comité « Mes soins restent ici »

Les signataires de la déclaration commune pour préserver les soins de proximité au Kamouraska.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les signataires de la déclaration commune pour préserver les soins de proximité au Kamouraska

Photo : Gracieuseté - Marie-Ève Fromentin

Le comité citoyen « Mes soins restent ici » s’est fait connaître en dénonçant les interruptions de service répétées au bloc opératoire de La Pocatière, qui étaient provoquées par une pénurie d’anesthésistes.

Le comité, mené par une dizaine de personnes, a débuté l’année 2018 avec une campagne de mobilisation qui invitait les citoyens à porter un macaron pour exprimer leur attachement aux soins de proximité. Près de 80 organismes, associations, municipalités et syndicats se sont ralliés à cette démarche en signant une déclaration commune. Le comité a aussi rencontré les principaux partis à l’Assemblée nationale.

La mobilisation a porté fruit en mai. La Fédération des médecins spécialistes a annoncé les premiers jumelages entre établissements pour mettre fin aux ruptures de service en anesthésie.

C’est une belle réussite, un bel exemple que, quand les citoyens se mobilisent, on peut aller chercher des choses.

Marie-Ève Fromentin, porte-parole du comité « Mes soins restent ici »

En 2019, le comité veut poursuivre ses représentations auprès de la députée et ministre responsable de la région, Marie-Ève Proulx, pour demander une décentralisation de la prise de décision en santé. Il promet aussi de garder à l’œil l’accès aux spécialistes et les ruptures de service en obstétrique qui surviennent, une fin de semaine sur deux, en raison du manque de personnel infirmier.


Affaires

Colombe St-Pierre
Chef propriétaire du restaurant Chez St-Pierre au Bic

Elle porte une robe à motifs géométriques et une veste en jeans.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La chef cuisinière, Colombe St-Pierre, gagnante du prix de chef de l’année au gala des Lauriers de la gastronomie québécoise

Photo : Radio-Canada / Karine Dufour

Colombe St-Pierre a remporté cette année le titre de « Cheffe de l’année » au premier Gala des Lauriers de la gastronomie québécoise. Elle a aussi reçu la médaille de l’Assemblée nationale pour ses réussites culinaires et sa défense acharnée des produits du terroir.

Pour moi, c’était extraordinaire que le chef de l’année soit dans la région du Bas-Saint-Laurent. C’était vraiment ça ma plus grande fierté.

Colombe St-Pierre, chef propriétaire du restaurant Chez St-Pierre au Bic

Après sa nomination au Gala des Lauriers, la cheffe a fait un passage remarqué à l’émission Tout le monde en parle. Cette exposition a profité au restaurant Chez St-Pierre, mais aussi aux autres commerçants du Bic, qui ont connu une saison estivale plus occupée et plus longue qu’à l’habitude, selon la cheffe.

En 2019, Mme St-Pierre compte réduire légèrement le nombre de places dans son restaurant pour conserver la qualité de la nourriture et du service. La cuisine sera aussi déménagée au milieu de la salle à manger pour permettre un meilleur lien entre les cuisiniers et les consommateurs.


Communautaire


Les bénévoles ayant œuvré à l’accueil et à l’intégration des réfugiés au Bas-Saint-Laurent

Souper bénéfice du comité Syrie/Matanie le 17 Novembre 2018 au Manoir des SapinsAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'auberge Manoir des Sapins était bondé pour l'occasion. À droite, la famille Ateia.

Photo : courtoisie Melodie Pardonnet

L’année 2018 a marqué l’arrivée d’une première famille de réfugiés syriens à Matane, après deux ans de démarches du Comité de parrainage Syrie-Matanie.

Le comité a ensuite poursuivi ses démarches pour accueillir une deuxième famille à Matane. Lors d’un souper-bénéfice, en novembre, la mobilisation était telle que les 80 billets se sont rapidement envolés, et que 90 personnes qui voulaient acheter des billets ont vu leur demande refusée, faute de place.

Pendant ce temps, un petit groupe de bénévoles donne un fier coup de main à l’organisme Accueil et intégration Bas-Saint-Laurent, qui orchestre l’arrivée à Rimouski des réfugiés parrainés par l’État. Ils ont notamment aidé à nettoyer, préparer et meubler les appartements des nouveaux arrivants.

D’autres actions citoyennes visent à mieux intégrer les nouveaux arrivants en général. Deux étudiants de l’Université du Québec à Rimouski (UQAR) ont lancé un projet de Noël interculturel, pour briser l’isolement des immigrants.


Science et environnement

Lyne Morissette
chercheuse en écologie marine pour M - Expertise marine à Sainte-Luce

Lyne Morissette, chercheuse en écologie marine pour M - Expertise marine à Sainte-Luce.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Lyne Morissette, chercheuse en écologie marine pour M - Expertise marine à Sainte-Luce

Photo : Gracieuseté - Lyne Morissette

Lyne Morissette a cofondé l’initiative Mission 100 tonnes avec Jimmy Vigneux, qui vise à retirer 100 tonnes de déchets des cours d’eau, dont le fleuve Saint-Laurent. Mission 100 tonnes a remporté le prix Demain le Québec de la Fondation Suzuki et a été reconnu au sommet G7 des océans comme une des 200 initiatives les plus inspirantes au monde pour protéger les océans.

Mme Morissette a également créé l’École de la mer à Sainte-Luce, un programme qui a pour but d’éduquer les élèves sur le monde maritime. La scientifique s’illustre par ailleurs régulièrement par ses efforts de vulgarisation auprès du grand public dans le cadre de ses chroniques D’un Océan à l’autre à Radio-Canada.

Ce qui me rend le plus fière, je pense, c’est d’avoir réussi pour la plupart de ces projets-là à rattacher une composante régionale très très forte et à mettre un peu ma région sur la map au niveau national, au niveau provincial.

Lyne Morissette, chercheuse en écologie marine pour M - Expertise marine à Sainte-Luce

En 2019, Mission 100 tonnes invitera les Québécois à amener l’initiative avec eux pendant leurs vacances dans le sud et à amasser des déchets sur les plages à l’étranger. Elle compte aussi exporter le concept d’École de la mer dans d’autres établissements du Québec.


Culture

Solange Morrissette
ex-directrice du ROSEQ

Solange Morrissette, ex-directrice du ROSEQ.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Solange Morrissette, ex-directrice du ROSEQ

Photo : Radio-Canada / Charles Beaudoin

Solange Morrissette a brillé sur la scène culturelle de la région grâce à ses 20 années à la tête du Réseau des organisateurs de spectacle de l’Est du Québec (ROSEQ). L’année 2018 a été marquée par les festivités entourant le 40e anniversaire du ROSEQ, de même que le départ à la retraite de Mme Morrissette.

Elle estime qu’elle laisse en héritage une meilleure collaboration entre les diffuseurs de spectacles de la région.

C’est bien important pour moi que les petits diffuseurs […] se sentent épaulés, et s’entraident les uns les autres. Pour moi, cet esprit de famille, la solidarité, c’est quelque chose qui est ma marque de commerce.

Solange Morrissette, ex-directrice du ROSEQ

Mme Morrissette a aussi travaillé à rendre les arts de la scène plus accessibles à la nouvelle génération, en embauchant une personne dédiée au développement du jeune public. Cette initiative va se poursuivre pour au moins deux ans.

En 2019, Solange Morrissette compte profiter de sa retraite pour voyager et prendre soin de ses proches.


Sport

Charlie Bilodeau
Patineur artistique

Julianne Séguin et Charlie Bilodeau rient à p^leine dents après leur programme libre aux Jeux olympiques de PyeongchangAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Julianne Séguin et Charlie Bilodeau après leur programme libre aux Jeux olympiques de Pyeongchang

Photo : AFP/Getty Images / Mladen Antonov

Le patineur artistique Charlie Bilodeau a réalisé cette année le rêve de plusieurs sportifs professionnels : celui de participer aux Jeux olympiques. Avec sa partenaire Julianne Séguin, le patineur a atteint le 9e rang des épreuves de patinage en couple à Pyeongchang.

C’est quand même l’aboutissement des 10 dernières années où j’ai miroité l’idée de participer un jour aux Jeux olympiques.

Charlie Bilodeau, patineur artistique

Peu après son passage aux Olympiques, les élus de la MRC des Basques ont nommé Charlie Bilodeau ambassadeur de la région pour l’année 2018. L’athlète revient périodiquement dans la région pour saluer l’effort des jeunes patineurs du club de patinage artistique local.

Charlie Bilodeau affirme que 2019 sera une année de renouveau pour se relancer dans le monde du patin et revenir à la compétition. Le patineur a mis fin à son association avec Julianne Séguin en juillet. Il a maintenant une nouvelle partenaire, dont on ne connaît pas encore le nom.


Coup de cœur du comité éditorial

Rainbow submarine
Mathieu Boucher, Maxime Varenne et Bastien Banville

Les « cocapitaines » du Rainbow submarine : Bastien Banville, Maxime Varenne et Mathieu Boucher.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les « cocapitaines » du Rainbow submarine : Bastien Banville, Maxime Varenne et Mathieu Boucher

Photo : Gracieuseté - Tom Morin

Le Rainbow submarine est un diffuseur de spectacles alternatifs à Rivière-du-Loup. Mathieu Boucher, Maxime Varenne et Bastien Banville, les trois « cocapitaines » du Rainbow Submarine, ont pour mission de promouvoir la musique et la culture émergente.

Ils organisent des « shows de cuisine » dans leur appartement depuis 2017. Pour la première fois cet été, les cocapitaines ont toutefois établi des partenariats avec des commerces locaux pour organiser des spectacles à l’extérieur de leur appartement. Ils ont ainsi attiré plus de spectateurs et un public plus diversifié.

Ça a permis un bel échange avec la communauté, avec les commerces, avec les organisations à but non lucratif. Tout ça ensemble, ça fait que la culture se tisse plus serré.

Mathieu Boucher, cocapitaine du Rainbow submarine

En 2019, le trio compte diffuser des performances d’artistes émergents sur les médias sociaux. Le Rainbow submarine vient également de commencer à ouvrir les portes de son studio aux artistes locaux pour leur permettre d’enregistrer quelques chansons à un prix plus raisonnable que dans les grands studios.


Coup de cœur du public

Lenine Nankassa Boucal
et les personnes impliquées dans l’organisation du Cabaret de la diversité

Lenine Nankassa Boucal, l'initiateur du Cabaret de la diversité.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Lenine Nankassa Boucal, l'initiateur du Cabaret de la diversité

Photo : Gracieuseté - Sébastien Raboin

Lenine Nankassa Boucal a remporté cette année le prix Lys régions et Hors Québec au Gala des Grands Prix Mosaïque : Les Lys de la diversité du Québec pour l’organisation du Cabaret de la diversité. L’initiative organisée pour la troisième fois cette année vise à promouvoir le vivre ensemble et à célébrer la diversité. En 2018, le Cabaret comptait un panel sur l’entrepreneuriat immigrant, un atelier de sensibilisation à la lutte aux préjugés dans une école et une soirée festive au Cégep de Rimouski.

M. Boucal est aussi à l’origine des soirées AFRO Riki et de la soirée Hakuna matata, qui a mis en scène des humoristes québécois d’origine africaine.

C’est de développer un sentiment d’appartenance ici, de faire des choses ici, et aussi de prouver que oui on est en région, mais il y a des belles choses qui se passent ici en région, on a pas besoin d’aller jusqu’à l’extérieur.

Lenine Nankassa Boucal, initiateur du Cabaret de la diversité

En 2019, M. Boucal compte continuer le travail qui a été amorcé pour promouvoir le vivre ensemble et célébrer la diversité à Rimouski.

Méthodologie

Le coup de cœur du public a été désigné après un vote en ligne qui s’est tenu du 13 au 20 décembre. 195 votes ont été compilés.

Les lauréats des autres catégories ont été désignés par un comité éditorial de Radio-Canada Bas-Saint-Laurent en se basant sur les critères suivants :

  1. Il faut que cette personne ait marqué l'actualité et la vie des gens du Bas-Saint-Laurent. Il ne s'agit donc pas de Bas-Laurentiens d'origine qui ont une influence uniquement à l'extérieur de la région, sauf si leur impact se fait directement sentir chez nous.
  2. Il faut que cette personne soit connue du grand public et que son engagement se fasse sentir à l'extérieur de son domaine d'expertise.
  3. Il faut que cette personne ait activement travaillé à réaliser un changement dans la région, par ses projets, ses réalisations et/ou ses sorties publiques. Il ne s'agit donc pas de personnes qui se sont retrouvées fréquemment dans les médias « par la force des choses », si elles n'ont fait que réagir aux événements en raison de leur fonction. Ce critère exclut aussi des personnes qui se sont retrouvées dans l'actualité en raison de procédures judiciaires contre elles.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Bas-Saint-Laurent

Société