•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le deuxième budget de l’administration Néron fait réagir

La façade de l'hôtel de ville en hiver

De nombreuses réactions ont suivi l'adoption du deuxième budget de l'administration de Josée Néron.

Photo : Radio-Canada / Lynda Paradis

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les réactions sont vives à la suite de l'adoption du budget 2019 de la Ville de Saguenay.

La présidente de l'Association des contribuables de Saguenay, Mélanie Boucher, réagit négativement au second budget de l'administration Néron.

Les propriétaires d'une résidence moyenne feront face à une augmentation de taxes de 3,9 % en 2019. Il s’agit de la hausse la plus élevée des huit villes de 100 000 habitants et plus du Québec.

Mélanie Boucher en entrevueAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Mélanie Boucher est déçu du budget.

Photo : Radio-Canada

Mélanie Boucher précise qu'il s'agit d'une deuxième hausse de taxes majeure en deux ans pour les citoyens.

C’est un budget qui est décevant pour le contribuable. On parle d’une augmentation de près de 8 % sur deux ans, alors ça commence à faire des sous pour les ménages qui sont à moyen et faible revenu. Même ceux qui en ont un peu plus, ça ne veut pas dire qu’ils ont une capacité de payer plus grande. C’est un budget qui manque d’audace. Si on veut rectifier le tir, il va falloir prendre des décisions beaucoup plus audacieuses que monter les taxes, croit Mélanie Boucher.

Les contribuables sont divisés par rapport à cette nouvelle hausse de taxes que certains estiment beaucoup trop élevée.

Je trouve qu’ils auraient pu couper ça à moitié et qu’ils en rajoutent l’an prochain, mais il y a des investissements et apparemment l’ancien budget de Jean Tremblay a endetté la Ville, donc il faut payer nos dettes, souligne un résident.

D'autres pensent que ces taxes permettront de développer la Ville davantage et de réaliser plusieurs projets.

Ça arrive. Quand ils veulent faire des choses, il faut qu’ils augmentent le compte de taxes, pas le choix.

Une citoyenne
La mairesse et les conseillers municipaux sont assis à une table. Derrière, il y a un écran qui projette le budget de la ville.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le budget a été présenté mercredi midi.

Photo : Radio-Canada / Catherine Paradis

L’ancien maire de Saguenay réagit

Jean Tremblay n'a pas apprécié d'avoir été identifié comme le responsable de l'endettement de Saguenay par la mairesse Josée Néron lors du dépôt de son budget.

Il affirme que l'endettement par citoyen est encore le moins élevé des villes comparables du Québec et que l'augmentation de 3,9 % du compte de taxes est injustifiée.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Jean Tremblay sur le plateau de télévision

Le budget fait réagir l'ancien maire Jean Tremblay

Photo : Radio-Canada

Il se défend d'avoir fait gonfler la dette de Saguenay plus que les autres villes.

Le gouvernement a exigé qu’on fasse de nouvelles casernes de pompiers, une centrale de police, des affaires pour l’environnement, toutes les grandes villes ont passé comme par là. La preuve, c’est qu’on est moins endetté que la moyenne des grandes villes du Québec. On a chargé moins cher de taxes et on est moins endetté et on a construit des centrales hydroélectriques qui vont nous donner 245 millions de dollars sur une période de 40 ans, net dans nos poches, relate l’ex-maire.

Jean Tremblay affirme que Josée Néron a plié devant les fonctionnaires en ne recourant pas à la sous-traitance.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !