•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La croissance des microbrasseries « menacée » par les grands brasseurs

Le nombre de microbrasseries au Québec a bondi de 383 % de 2000 à 2016.
Le nombre de microbrasseries au Québec a bondi de 383 % de 2000 à 2016. Photo: CBC
Alexandre Duval

De 2000 à 2016, les microbrasseries ont connu une fulgurante augmentation de 383 %, passant de 35 à 169 établissements au Québec. Or, cette croissance serait menacée, notamment par la concurrence « de plus en plus vive » des grands brasseurs, indique une étude obtenue par Radio-Canada.

À plusieurs reprises, l'analyse réalisée par Groupe DDM et commandée par le ministère des Finances en 2017 identifie les Molson, Labatt et Sleeman-Sapporo comme un des principaux freins à l'expansion des microbrasseries.

« Conscients de la tendance générale de consommation de la bière qui se déplace vers les produits artisanaux », les grands brasseurs poursuivront les acquisitions, comme ils l’ont fait avec Archibald, en 2016, et Le trou du diable, en 2017, prédit l’étude qui doit être dévoilée vendredi.

Ces acquisitions ne se font pas sans heurt, puisque « le réseau de distribution des grands brasseurs est beaucoup mieux développé et les économies d’échelle liées à la production fortement avantageuses », peut-on lire.

Les grands brasseurs sont en mesure d’offrir des prix bien inférieurs à ceux des microbrasseries pour des bières comparables.

Extrait de l’Étude économique et fiscale portant sur l’industrie microbrassicole au Québec

Des pratiques commerciales frustrantes

Les pratiques commerciales des grands brasseurs suscitent également « la frustration des microbrasseurs ».

« L’achat de lignes de bières dans les bars et les restaurants génère une habitude chez le commerçant qui s’attend ensuite aux mêmes avantages des microbrasseries », avance l'étude.

La forte visibilité de Molson, de Labatt et de Sleeman au sein des commerces de détail est un autre point qui attise les passions de l'industrie.

L’espace tablette des produits des grands brasseurs apparaît souvent injustement privilégié du point de vue des microbrasseurs.

Extrait de l’Étude économique et fiscale portant sur l’industrie microbrassicole au Québec

Les auteurs rappellent néanmoins que ce sont les détaillants, et non pas les producteurs de bière, qui déterminent l'espace consacré à chaque produit.

Les grands brasseurs « incrédules »

L'Association des brasseurs du Québec (ABQ), qui représente Molson, Labatt et Sleeman, se sent « attaquée » par le contenu de l’étude.

« Nous sommes dubitatifs, sceptiques et même un peu incrédules devant les conclusions de cette étude », affirme le directeur général, Patrice Léger-Bourgoin.

Selon lui, les grands brasseurs ne sont pas les véritables concurrents des microbrasseurs puisqu'ils ne sont pas sur le marché de la restauration et qu'ils ne lancent pas constamment de nouveaux produits.

Patrice Léger-Bourgoin, directeur général de l'Association des brasseurs du QuébecPatrice Léger-Bourgoin, directeur général de l'Association des brasseurs du Québec Photo : Radio-Canada

Selon lui, on « joue aux vierges offensées » en reprochant aux grands brasseurs de faire des acquisitions alors qu’ils veulent simplement « trouver des opportunités d’affaires » dans un contexte de décroissance.

Quand une marque nous apparaît intéressante en termes de développement et que le propriétaire veut la vendre, pourquoi bouderait-on notre plaisir et refuserait-on de l'acheter?

Patrice Léger-Bourgoin, directeur général de l'Association des brasseurs du Québec

D’après M. Léger-Bourgoin, l’étude manque de profondeur notamment parce qu’elle n'inclut pas la SAQ, qui vend de la bière et exerce une pression à la baisse sur les prix.

Une industrie en santé

L’étude dresse néanmoins un portrait favorable des microbrasseries, qui représentent un « produit d’appel pour le tourisme » et stimulent « toute l’économie locale qui l’entoure », explique-t-on.

Ces établissements génèrent environ 4850 emplois dans la province. « Comparativement aux grands brasseurs, les microbrasseries créent plus d’emplois pour chaque litre de bière vendu », peut-on lire.

Les bières de microbrasseries occupent désormais 11 % du marché au Québec, une croissance d’autant plus remarquable qu’elle s’opère dans un contexte où les ventes globales de bière stagnent, rappelle l’étude.

La directrice générale de l'Association des microbrasseries du Québec, Marie-Ève Myrand, dit ne pas vouloir « taper » sur les grands brasseurs. Elle affirme néanmoins que ses membres ont un impact « social » et espère que le gouvernement se servira de l'étude pour modifier ses lois et règlements.

« Quand on est un gouvernement et qu’on a entre les mains une industrie qui a une valeur ajoutée pour le Québec, je ne vois pas pourquoi on se priverait de les supporter! »

Un cadre réglementaire trop strict

Le cadre réglementaire québécois est effectivement perçu comme un autre facteur qui nuit à l’innovation. Par exemple, les microbrasseries ne peuvent pas vendre leurs produits dans les marchés publics.

« Ce sont souvent des lois qui remontent à plusieurs décennies », affirme Mme Myrand.

Les demandes des microbrasseries

Aujourd'hui, on a une jeune industrie qui se développe, mais qui s'appuie sur des lois et des règlements qui ne sont pas adaptés à notre réalité.

Marie-Ève Myrand, directrice générale de l'Association des microbrasseries du Québec

L’étude recommande par ailleurs au gouvernement québécois de favoriser l’accès au capital de risque et à des crédits d’impôt pour les microbrasseries.

Cette idée fait sursauter l’ABQ, selon laquelle il n'appartient pas aux contribuables de financer l'expansion d'entreprises privées.

« Si votre marché est en croissance et que vous n'avez pas de difficulté à vendre vos produits, vous devriez être en mesure de générer assez de profits pour financer votre croissance! » analyse Patrice Léger-Bourgoin.

Alimentation et cuisine

Économie