•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'année sportive 2018 en Saskatchewan, des triomphes et une grande tragédie

Le championnat des Huskies de la Saskatchewan, la renaissance des Broncos de Humboldt et les succès du boxeur fransaskois Janick Lacroix ont marqué la scène sportive de l'année 2018 en Saskatchewan.

Le championnat des Huskies de la Saskatchewan, la renaissance des Broncos de Humboldt et les succès du boxeur fransaskois Janick Lacroix ont marqué la scène sportive de l'année 2018 en Saskatchewan.

Photo : Huskies de la Saskatchewan, La Presse canadienne et Josée Bourdon

Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Saskatchewan a vécu une année 2018 chargée d'émotion sur la scène sportive. La tragédie qui touché le club de hockey des Broncos de Humboldt continuera à marquer l'actualité en 2019. L'année qui se termine a aussi été ponctuée de beaux exploits : un autre championnat pour la formation midget AAA des Hounds de Notre Dame, des victoires pour Janick Lacroix et un retour en force pour Mark McMorris.

Le bronze pour Mark McMorris

Surf des neiges slopestyle hommes Max Parrot, Redmond Gerard et Mark McMorrisAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Mark McMorris (à droite) est revenu de très loin pour savourer sa médaille de bronze.

Photo : Getty Images

Le planchiste de Regina Mark McMorris a donné le ton à la nouvelle année en remportant une médaille de bronze à l’épreuve de slopestyle aux Jeux de Pyeongchang. Quatre ans plus tôt, à Sotchi, il avait réalisé la même performance.

Par contre, le bronze gagné en Corée du Sud avait une saveur de médaille d’or étant donné qu’en mars 2017 il avait eu peur de mourir lors d’un entraînement à Whistler, ayant subi des fractures à la mâchoire, au bras gauche, au bassin et aux côtes ainsi qu'une rupture de la rate et un affaissement du poumon.

Le planchiste maintenant âgé de 25 ans s’est cependant vite remis et a retrouvé sa forme d’antan. Damien Moroney, qui a travaillé à sa réadaptation, a été très impressionné par « sa résistance mentale et physique extraordinaire ».

Les Hounds champions canadiens

Des joueurs des Hounds célèbrent en tenant le trophée. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

En 2018, les Hounds de Notre Dame ont remporté la Coupe Telus pour la cinquième fois de leur histoire.

Photo : Hockey Canada

Pour une septième année de suite, l’Ouest canadien était représenté par la province de la Saskatchewan à la Coupe Telus, suprématie du hockey midget AAA canadien.

L’équipe établie à Wilcox, les Hounds de Notre Dame, a connu un parcours sans faute en remportant sept matchs en sept jours.

En finale, les Hounds ont disposé des Cantonniers de Magog par la marque de 5 à 1 pour permettre aux joueurs du réputé programme de hockey de mettre la main sur un cinquième titre national.

Quinn Schmiemann a été élu meilleur défenseur du tournoi, tandis que son coéquipier Brad Morrissey a reçu la distinction du joueur ayant fait preuve du meilleur esprit sportif.

Des joueurs en maillots blanc et bleu se serrent dans leur bras sur la patinoire. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Giorgio Estephan des Broncos de Swift Current célèbre son but contre le Titan d'Acadie-Bathurst avec ses coéquipiers lors de la première période.

Photo : La Presse canadienne / Jonathan Hayward

Dans la Ligue de hockey junior de l’Ouest (WHL), des équipes de la Saskatchewan ont retenu l’attention.

Les Broncos de Swift Current ont été sacrés champions des séries éliminatoires de la WHL avant de trébucher à la Coupe Memorial en s’inclinant lors de leurs trois matchs du tournoi à la ronde.

Pendant ce temps, les Pats de Regina, hôtes du championnat, se sont frayé un chemin jusqu’en finale nationale. La troupe de John Paddock a cependant perdu 3 à 0 contre le Titan d’Acadie-Bathurst devant plus de 6500 partisans.

Cette saison, ce sont les Raiders de Prince Albert qui trônent au sommet de la WHL. L'équipe n’a pas atteint le deuxième tour éliminatoire depuis 2005. Les joueurs, entraîneurs et partisans espèrent un heureux printemps 2019.

Boxe et football pour Janick Lacroix

Janick Lacroix porte une ceinture de champion de boxe.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le boxeur Janick Lacroix pose fièrement avec son entraîneur, Kerry Fahlman après sa victoire.

Photo : Josée Bourdon

Le boxeur Janick Lacroix a grandi à Ponteix et vit maintenant à Medicine Hat, en Alberta. Il va à l’école, s’entraîne deux fois par jour en plus d’avoir un emploi à temps partiel. Il joue également au football pour l'équipe de son école secondaire.

En 2018, il a ajouté plusieurs autres médailles et trophées à une collection déjà bien garnie. Il a notamment été sacré champion de boxe en Alberta avant de faire de même aux Championnats canadiens, remportant l’or dans la catégorie juvénile 70 kg à Edmonton.

Il participera aux Jeux du Canada, qui auront lieu en février prochain à Red Deer, en Alberta.

Son frère aîné, Jérémie, âgé de 18 ans, continue de se faire remarquer sur le circuit professionnel de motocross.

La malchance des Riders

Zach Collaros (à gauche)Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Zach Collaros (à gauche)

Photo : La Presse canadienne / Mark Taylor

En 2018, les Roughriders de la Saskatchewan ont connu leur meilleure saison régulière en 10 ans avec une fiche de 12 victoires en 18 joutes. Les Riders ont terminé en deuxième position de l’Association Ouest de la Ligue canadienne de football (LCF).

Malheureusement, la malchance a frappé alors que leurs deux quarts-arrière ont tour à tour subi de violents coups à la tête à la fin de la saison et lors de la demi-finale, les forçant à se soumettre au protocole de suivi relatif aux commotions cérébrales de la LCF.

Lors de la demi-finale de l’Ouest, Brandon Bridge était aux commandes de l’attaque, en remplacement de Zach Collaros, mais avec 8 secondes à écouler au quatrième quart, il a dû se retirer après avoir encaissé un plaquage à la tête.

Les Riders ont finalement rendu les armes contre les Blue Bombers de Winnipeg.

Un hiver important attend l’entraîneur-chef Chris Jones, puisqu'il devra trouver un pivot partant dans l'espoir de régler les problèmes de son équipe à l’offensive sans que cela n'affecte son noyau défensif, qui a été dominant l’an dernier.

Il doit aussi remanier son personnel d’entraîneurs en raison du nouveau plafond salarial administratif imposé par la ligue tout en se préparant à l’arrivée de deux nouvelles ligues professionnelles aux États-Unis, qui tenteront d’arracher joueurs et entraîneurs à la LCF.

La frustration des Rams, le triomphe des Huskies

Les joueurs des Huskies célèbrent leur championnat. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les Huskies de la Saskatchewan ont surpris les Dinos de Calgary en finale du Canada Ouest.

Photo : Huskies de la Saskatchewan

Au football universitaire, les deux équipes masculines de la Saskatchewan ont connu des saisons fort différentes.

Les Rams de l’Université de Regina ont terminé l’année avec un dossier d’aucune victoire et de huit défaites. Tout avait pourtant bien commencé, avec une fiche de trois gains et deux revers, mais la participation d’un joueur non admissible a forcé les Rams à déclarer forfait pour tous les matchs auxquels ils avaient pris part.

Rare joie dans le vestiaire réginois, le quart-arrière Noah Picton a récemment signé un contrat de trois ans avec les Argonauts de Toronto, devenant l’un des rares Canadiens à sa position à faire sa place dans la LCF.

En revanche, les Huskies de l’Université de la Saskatchewan ont connu un parcours éliminatoire étincelant en surprenant les Thunderbirds de la Colombie-Britannique et les Dinos de Calgary pour ainsi soulever la vingtième coupe Hardy de leur histoire, une première depuis 2006.

Les ouailles de Scott Flory ont vu leur chemin s’arrêter en demi-finale canadienne contre les Mustangs de l’Université Western.

La renaissance des Broncos

Les Broncos d'Humboldt après leur premier match depuis la tragédie.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les Broncos d'Humboldt après leur premier match depuis la tragédie

Photo : La Presse canadienne / Jonathan Hayward

Le 12 septembre 2018, tous les regards du hockey junior canadien étaient dirigés vers Humboldt, où les Broncos retournaient sur la patinoire pour la première fois depuis la tragédie du 6 avril qui avait fait 16 morts et 13 blessés.

À leur match d’ouverture, les Broncos s’étaient inclinés 2 à 1 contre les Hawks de Nipawin. La troupe dirigée par le Réginois Nathan Oystrick connaît depuis une bonne campagne, occupant présentement la cinquième position dans la Ligue de hockey junior de la Saskatchewan.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !