•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le financement du Centre Avenir mis à mal

Des personnes entrent ou sortent du Centre Avenir

Le spectacle inaugural du Centre Avenir met en vedette le chanteur australien Keith Urban.

Photo : CBC/Philip Drost

Radio-Canada

Une lettre datée de 2015 démontre que Downtown Moncton Centre-ville Inc. s'est engagé à fournir 250 000 $ annuellement pour les 15 prochaines années. Alors que les partisans assistent par milliers aux parties de hockey, une portion importante de la stratégie de remboursement du Centre Avenir n'est toujours pas réglée.

La Ville de Moncton a approuvé la construction de l’amphithéâtre de 8800 sièges en 2015 avec un plan de financement qui incluait des versements de 250 000 $ par année pour 15 ans.

Le premier paiement est prévu en 2019, mais le conseil a appris lundi qu’aucun accord de financement n’a été conclu. Et Downtown Moncton Centre-ville Inc. (DMCI) conteste son engagement à verser 250 000 $.

Il n’y avait pas d’accord clair signé à ce moment, a indiqué la directrice générale de DMCI, Anne Poirier Basque.

Anne Poirier Basque au conseil municipal

Anne Poirier Basque, directrice générale de Downtown Moncton Centre-ville Inc.

Photo : Radio-Canada / Shane Magee

C’est ce que tout le monde avait compris, mais ce n’est pas la réalité, a-t-elle précisé au sujet du montant de 250 000 $.

Une lettre signée par Anne Poirier Basque et le président du groupe en 2015 démontre toutefois le contraire.

Passé à l’unanimité dans une réunion extraordinaire jeudi le 6 août 2015, DMCI est prêt à verser 250 000 $ pour les 15 prochaines années à condition que le projet constitue un centre multiusage au centre-ville, stipule la lettre au conseil, datée du 10 août 2015.

CBC a envoyé une copie de la lettre de 2015 à Anne Poirier Basque mardi, mais elle n’a pas répondu aux demandes d'entrevue.

L’engagement était inclus dans une présentation publique du plan de financement le 12 août 2015, lorsque le conseil a voté pour aller de l’avant avec le projet. La promesse a été réitérée dans les rapports financiers en juin 2018.

Repousser l'échéancier

Lundi, Anne Poirier Basque a concédé que le groupe planifiait toujours remettre 3,75 millions de dollars à la Ville, en reportant l’échéancier au-delà de 15 ans.

Les premiers paiements sont attendus en 2019, mais leur somme n’a pas été précisée. Mme Poirier Basque n’a pas fourni les détails lundi, arguant que les négociations se poursuivent avec la Ville.

Nous tentons de nous assurer que nous rencontrons nos engagements sans pour autant affecter nos opérations, justifie Anne Poirier Basque.

La contribution annuelle est calculée dans les budgets municipaux en tant que revenue pour amortir le coût du centre Avenir et rembourser le coût de sa construction.

La mairesse Dawn Arnold a dit s’attendre à de plus amples renseignements sur les modalités de paiement le mois prochain.

Je pense que tout le monde travaille très fort et nous en saurons davantage très bientôt.

Dawn Arnold, mairesse de Moncton
La mairesse de Moncton Dawn Arnold, sur les berges de la rivière Petitcodiac à Moncton.

La mairesse de Moncton Dawn Arnold, sur les berges de la rivière Petitcodiac à Moncton.

Photo : Radio-Canada

Le plan d’affaires du Centre Avenir comprend un autre volet, soit la campagne de financement, dont l’objectif se chiffre à cinq millions de dollars. La Ville apprenait cet automne que la collecte de fonds atteignait 2,2 millions de dollars. Cette campagne est en vigueur depuis le mois de mai.

Les revenues de Downtown Moncton Centre-Ville Inc. sont amassés au moyen d’une taxe de 0,16 $ par tranche de 100 $ sur la valeur d’évaluation des propriétés commerciales du centre-ville. DMCI est un organisme privé sans but lucratif qui défend les intérêts des propriétaires fonciers et des propriétaires d’entreprise du centre-ville, peut-on lire sur son site Internet.

DMCI étudie l’option d’élargir le territoire visé par la taxe pour accroître ses revenues. Anne Poirier Basque soutient que cette mesure n’est pas associée à l’effort de la ville de rencontrer ses objectifs financiers.

Avec les informations de Shane Mcgee

Nouveau-Brunswick

Infrastructures