•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De plombier à avocat de Thomas Harding

Un homme habillé avec un complet bleu est assis sur une chaise en cuir noire devant un bureau en bois sur lequel est posé un ordinateur

Charles Shearson est l'avocat qui a fait acquitter Thomas Harding lors du procès en lien avec la tragédie de Lac-Mégantic

Photo : Radio-Canada / Melissa Fauteux

Mélissa Fauteux

Travaillant comme plombier avant d'effectuer un retour aux études, Charles Shearson était loin de se douter, lors de la tragédie de Lac-Mégantic qu'il deviendrait, cinq ans plus tard, l'un des deux avocats qui ont fait acquitter le chauffeur de train Thomas Harding. Portrait d'un homme de 35 ans à la feuille de route bien garnie et pour qui l'échec n'est pas une option.

Le matin du 6 juillet 2013, alors que le centre-ville de Lac-Mégantic est en flammes et que les autorités ne parviennent toujours pas à expliquer ce qui a pu causer cet incendie, Charles Shearson est étudiant en droit à l'Université de Sherbrooke et reste médusé, comme le reste du Canada et des États-Unis, devant la terrible scène.

J'ai ouvert la télévision et il y avait beaucoup de spéculation. Je croyais que c'était l'œuvre de terroristes, jusqu'à ce que les médias confirment qu'il s'agissait plutôt d'un accident de train.

Charles Shearson
La tragédie à Lac-Mégantic a fait 47 morts, dans la nuit du 5 au 6 juillet 2013Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La tragédie à Lac-Mégantic a fait 47 morts, dans la nuit du 5 au 6 juillet 2013.

Photo : Reuters / Bureau de la sécurité des transports du Canada

Au cours des mois qui suivent cette tragédie, il suit avec intérêt les sorties médiatiques de l'avocat de Thomas Harding, Me Thomas Walsh, pour qui il travaillera plus tard comme étudiant recherchiste. Charles Shearson vient de terminer son barreau lorsque le juriste de 72 ans lui fait une offre qu'il ne peut pas refuser...

Il m'a donné 50 % des parts du cabinet et en échange, il m'a demandé de prendre la responsabilité de la direction et de l'administration.

Me Charles Shearson

À partir de ce moment, le nouvel associé met les bouchées doubles. En plus du dossier de Thomas Harding, Charles Shearson s'implique dans de grandes causes déjà amorcées par son partenaire, comme celle de la famille Rice de Kahnawake, accusée de fraude fiscale, et celle de Werner Kyling, accusé de trafic, de production et de possession de stupéfiants, de complot et de gangstérisme... une cause qui durait depuis 11 ans.

Dans la cause Rice, j'ai déposé une requête Jordan qui a été acceptée par le juge. La Couronne en a appelé de cette décision et, après avoir été entendue par un banc de cinq juges, on a eu gain de cause. Dans le cas de Kyling, il y a eu abandon des procédures par le DPCP, souligne le Sherbrookois.

Ce dernier admet cependant que la cause des trois accusés de la tragédie de Lac-Mégantic lui a causé quelques vertiges. Dès son association avec Me Walsh, il prépare et plaide certaines requêtes préliminaires dans le dossier de Thomas Harding tout en sachant que les yeux de la population seront tournés vers lui et son client.

Même si Me Walsh vérifiait toujours mon travail, je ressentais une pression, puisque la divulgation et l'attention médiatique qui entourait ce dossier-là, surtout ici en Estrie, étaient énormes, note Me Shearson.

Des journalistes tendent leur micro à deux avocats.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les médias ont été très présents tout au long du procès des trois accusés en lien avec la tragédie de Lac-Mégantic.

Photo : Radio-Canada / Melissa Fauteux

Tout au long du procès des accusés de Lac-Mégantic, qui aura duré près de quatre mois, Me Shearson n'a aucune idée que c'est à lui que seront confiées les plaidoiries. Ce n'est qu'une fois la présentation de la preuve complétée que cette décision a été prise.

Thomas Walsh m'a simplement regardé et m'a dit : “je pense que c'est toi qui vas plaider”.

Charles Shearson

Une décision qui s'est avérée la bonne pour le cabinet, puisque moins d'un mois plus tard, un jury de 12 personnes a blanchi Thomas Harding de tous les chefs d'accusation qui pesaient contre lui.

Malgré la désapprobation de sa mère

Le destin du chauffeur de train aurait pu néanmoins être complètement différent si Charles Shearson n'avait pas fait preuve d'un peu d'entêtement. D'abord plombier, il retourne aux études à 23 ans et décroche un baccalauréat en psychologie de l'Université Bishop's avant d'être admis en stage à l'Institut Douglas de l'Université McGill.

Le temps d'un été, il comprend que la recherche fondamentale n'est pas faite pour lui.

En recherche fondamentale, il n'y a pas d'aspects litigieux alors qu'en droit, on est dans un système où il y a un adversaire, deux points de vue qui s'affrontent et il faut faire valoir ses arguments légaux et logiques pour convaincre les décideurs

Me Charles Shearson

À l'insu de tous, il s'inscrit et est admis au programme en droit à l'Université de Sherbrooke. Lorsqu'il en informe sa mère, qui a fait sa maîtrise en droit à l'Université Harvard avant de fonder le bureau Heenan Blaikie de Sherbrooke, elle tente de l'en dissuader.

Elle sait que j'aime argumenter et comme à la Cour, c'est très mal vu de le faire une fois que le juge a rendu sa décision, elle ne croyait pas que je serais capable d'avoir cette retenue

Me Charles Shearson

Un procès qui laisse un goût amer

À l'issue de ce procès, Charles Shearson avoue avoir ressenti une immense fierté de constater que le jury voyait la situation de la même façon que lui.

L'être humain derrière l'avocat a toutefois vécu de durs moments.

De voir des collègues de travail de Thomas Harding venir témoigner contre lui, j'ai trouvé ça excessivement difficile. De les entendre avancer certains faits, qui ne sont pas nécessairement exacts, juste pour s'autoprotéger, j'ai trouvé ça dur.

Charles Shearson

L'avocat a aussi eu de la difficulté à équilibrer sa vie professionnelle et personnelle. Pour donner le meilleur de lui-même, il a dû sacrifier sa vie sociale et familiale.

Un autre retour aux études en septembre

Son dur labeur a toutefois été reconnu par ses pairs. Lui et les autres avocats de la défense impliqués dans le procès de Lac-Mégantic se sont vus remettre le Prix Excellence de l'Association québécoise des avocats et avocates de la défense. Charles Shearson a aussi reçu le prix de la relève remis par le conseil d'administration du Jeune Barreau de Saint-François.

Fier de ce qu'il a accompli depuis ses débuts en droit, le Sherbrookois amorcera un retour aux études en septembre prochain à L'Université de Sherbrooke, où il effectuera une maîtrise en fiscalité tout en travaillant à son cabinet.

Estrie

Justice