•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Voici Mr Trash Wheel, une machine qui recueille le plastique dans le port de Baltimore

Le reportage de Raphaël Bouvier-Auclair
Raphaël Bouvier-Auclair

Réduire la quantité de plastique dans les océans, tout en attirant des touristes. Voilà la recette que la ville américaine de Baltimore a choisi d'appliquer en installant une invention pour le moins étonnante dans son port.

Près de l’eau, cette drôle de machine attire immédiatement l’attention des visiteurs.

On l’appelle Mr Trash Wheel et sa mission est avant tout environnementale. Elle recueille les déchets provenant de la ville qui finissent par se retrouver dans le port de Baltimore, notamment après de grosses pluies.

Son concepteur, l'ingénieur indépendant John Kellett, a proposé ce projet à la Ville il y a quelques années. Son but est de nettoyer les eaux du port, mais aussi de s’attaquer à la présence de plastique dans les océans.

Si ces déchets n’étaient pas recueillis, ils se retrouveraient dans la baie de Chesapeake et dans l’océan Atlantique, et causeraient des problèmes tout au long du trajet.

John Kellett, concepteur de Mr Trash Wheel
John Kellett a inventé Mr Trash Wheel.John Kellett a inventé Mr Trash Wheel. Photo : Radio-Canada / Frédéric Lacelle

Comment ça fonctionne?

Des déchets recueillis par Mr Trash Wheel.Des déchets recueillis par Mr Trash Wheel. Photo : Radio-Canada / Raphael Bouvier-Auclair

Mr Trash Wheel a été installée à un endroit stratégique, au bout d'une rivière qui se jette dans le port. Les ordures présentes dans le cours d'eau se dirigent donc nécessairement vers la machine.

Une fois arrivés près de Mr Trash Wheel, les déchets aboutissent sur un tapis roulant qui fonctionne à l'aide du courant de l'eau et de l'énergie solaire. Ils terminent leur voyage dans un bac à ordures situé à l'arrière de la machine.

Mr Trash Wheel en chiffres :

  • 1000 tonnes de déchets recueillis depuis 2014
  • 753 099 bouteilles
  • 581 204 sacs de plastique
  • 10 947 000 mégots de cigarette
  • 720 000 $ US venant du public et du privé pour sa mise sur pied

Où vont les déchets?

C’est ici que les choses se compliquent. Compte tenu des limites technologiques et de la contamination de certains déchets, le concepteur de Mr Trash Wheel affirme qu’il est difficile de les recycler.

Les ordures recueillies, y compris les produits de plastique, sont donc incinérées pour générer de l’électricité.

Une usine d'incinération de déchets à Baltimore. Une usine d'incinération de déchets à Baltimore. Photo : Radio-Canada / Frédéric Lacelle

Cette technique, commune à Baltimore, est toutefois controversée, notamment en raison des polluants qu’elle relâche dans l’air de la ville.

« Nous travaillons très fort pour voir si nous pouvons trier les déchets et faire ressortir les produits recyclables », assure l’ingénieur John Kellett, conscient que le scénario n’est pas idéal.

Mr Trash Wheel, mascotte de Baltimore

Pour les résidents et certains touristes, Mr Trash Wheel est devenu bien plus qu’une simple machine dépolluante.

Il y a quelques années, Adam Lindquist, du Waterfront Partnership of Baltimore, a eu l’idée d’y rajouter des yeux pour en faire un personnage plus attrayant pour le public.

Depuis, des peluches, une bière, une chanson et même un festival ont été créés en son honneur.

Des produits qui représentent Mr Trash Wheel.Des produits qui représentent Mr Trash Wheel. Photo : Radio-Canada / Raphael Bouvier-Auclair

Sur les réseaux sociaux, où Mr Trash Wheel possède des milliers d’abonnés, le personnage commente l’actualité, fait des blagues, mais surtout il évoque des enjeux liés à la pollution par le plastique.

Sa notoriété est même parfois utilisée pour inviter les résidents de Baltimore à des corvées de nettoyage.

Adam Lindquist, du Waterfront Partnership of Baltimore, a pensé à créer un personnage à partir de cette machine. Adam Lindquist, du Waterfront Partnership of Baltimore, a pensé à créer un personnage à partir de cette machine. Photo : Radio-Canada / Frédéric Lacelle

Ça nous permet de rejoindre une audience plus large que seulement des militants environnementaux.

Adam Lindquist, Waterfront Partnership of Baltimore

Mr Trash Wheel a aussi permis d’influencer les politiques publiques à Baltimore. Les données sur le nombre de déchets recueillis ont notamment encouragé la Ville à bannir l’utilisation de contenants de styromousse dans les restaurants.

Un modèle pour d’autres villes?

En plus de s’occuper de Mr Trash Wheel, son concepteur John Kellett se déplace aux États-Unis et ailleurs dans le monde pour en faire la promotion.

La Ville de Newport Beach en Californie a récemment approuvé le financement pour acquérir un appareil semblable. Des organismes en Indonésie, au Brésil et à Toronto, au Canada, ont aussi fait part de leur intérêt.

Professor Trash Wheel, une autre machine installée dans le port de Baltimore. Professor Trash Wheel, une autre machine installée dans le port de Baltimore. Photo : Radio-Canada / Frédéric Lacelle

Pour l'instant, c'est dans sa propre ville de Baltimore que Mr Trash Wheel a vu sa famille s'agrandir. Depuis sa création, deux autres machines ont été installées dans la région.

Environnement

International