•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Nous ne sommes pas au-dessus des lois », dit Higgs sur le bilinguisme des ambulanciers

Blaine Higgs, premier ministre du Nouveau-Brunswick, en entrevue.
Blaine Higgs assure que son gouvernement respectera la décision des tribunaux concernant le bilinguisme des ambulanciers. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Quoi qu'en dise son ministre de la Santé, le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Blaine Higgs, assure que son gouvernement va respecter une éventuelle décision judiciaire concernant l'embauche d'ambulanciers bilingues.

Tel qu'annoncé mardi, le gouvernement maintiendra la demande de révision judiciaire qui déterminera si Ambulance Nouveau-Brunswick doit prioriser les compétences linguistiques lors de l’embauche. Le ministre de la Santé, Hugh Flemming, a toutefois précisé lors d'une conférence de presse mardi que le résultat ne changerait rien à l’intention du gouvernement de permettre l’embauche d’ambulanciers unilingues dans des postes bilingues.

De passage à Caraquet mercredi après-midi, Blaine Higgs a cependant dit le contraire. Il a assuré que le gouvernement allait respecter la décision du tribunal.

Nous ne sommes pas au-dessus des lois. Nous avons une Loi sur les langues officielles que je respecte et que nous allons continuer à mettre en application. Ce n’est pas discutable.

Blaine Higgs, premier ministre du Nouveau-Brunswick

L’embauche d’ambulanciers unilingues dans des postes bilingues est cependant permise jusqu’à ce qu’une décision soit rendue dans cette affaire. Blaine Higgs a précisé qu'entre-temps, son gouvernement allait faire tout ce qui est en son pouvoir pour protéger la santé des citoyens. Une fois que la conclusion sera connue, nous partirons de là.

La SANB demande la démission de Robert Gauvin

Des organismes acadiens montent aux barricades à la suite de l'assouplissement des règles d'embauche chez Ambulance Nouveau-Brunswick.

M. Gauvin a dit qu'il allait démissionner si jamais on s'attaquait aux droits linguistiques. Eh bien, on attend sa démission. Qu'il se tienne debout comme Amanda Simard en Ontario et qu'il aille siéger comme indépendant.

Robert Melanson, président de la Société de l'Acadie du Nouveau-Brunswick

Des groupes parlent déjà d'avoir recours aux tribunaux pour tenter d'empêcher l'abolition de postes de travailleurs paramédicaux bilingues. C’est le cas de la SANB et de l’Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick (AFMNB).

On essaie de faire de la petite politique sur le dos des Acadiens. Et ça, je trouve ça déplorable. Mais ce qui est important, c'est qu'on ait une confirmation que nos droits linguistiques sont reconnus dans l'ensemble de la province, comme c'est l'état du droit, actuellement, dit le président de l'AFMNB, Luc Desjardins.

Embauche d’ambulanciers unilingues : Gauvin n’était pas au courant

Le vice-premier ministre du Nouveau-Brunswick, Robert Gauvin, affirme qu’il n’était pas au courant que son gouvernement allait ordonner à Ambulance Nouveau-Brunswick, mardi, d’éliminer les obligations linguistiques lors de l'embauche.

Je n'étais pas au courant. Si j’avais été au courant, le message n’aurait pas été comme ça, parce qu’on n’est pas au-dessus de la loi, a-t-il dit.

Robert Gauvin, vice premier ministre et ministre responsable de la Francophonie au Nouveau-Brunswick, devant les micros. « Si j'avais été au courant avant, le message n'aurait pas passé comme ça », a lancé Robert Gauvin, en point de presse. Photo : Radio-Canada

Robert Gauvin réitère toutefois la position du premier ministre et affirme que le gouvernement provincial va respecter les lois.

Pour que je reste à l’intérieur du parti, faut qu’on respecte ces lois-là et on va les respecter. Je me verrais mal rester si on ne faisait pas ça et je peux vous assurer qu’on va le faire.

Robert Gauvin, vice-premier ministre du Nouveau-Brunswick

Pour comprendre l'importance de la révision judiciaire

En avril dernier, l’arbitre John McEvoy avait demandé à Ambulance Nouveau-Brunswick (ANB) de revoir ses politiques en matière de langues officielles. Il avait conclu que les ambulanciers devaient être embauchés d’abord selon leur ancienneté, ensuite selon leur degré de bilinguisme.

L'ancien gouvernement libéral de Brian Gallant jugeait cependant que cette décision ne répondait pas aux exigences en matière de langues officielles, comme l'avait précisé un jugement rendu en novembre 2017 par la Cour du Banc de la Reine.

Selon ce jugement, le gouvernement et ANB doivent s'assurer que les citoyens des deux communautés linguistiques aient accès à des services d'ambulance de qualité égale dans la langue de leur choix.

Les libéraux avaient donc déposé une requête pour que le jugement rendu par John McEvoy soit révisé par un juge, et peut-être éventuellement annulé.

Le 19 novembre dernier, Blaine Higgs, nouvellement premier ministre, a annoncé son souhait de retirer cette requête déposée par le gouvernement précédent.

Mardi, le ministre de la Santé Hugh Flemming a dit que le gouvernement irait de l’avant avec la demande de révision, mais que le résultat ne changerait rien à son intention de permettre l’embauche d’ambulanciers unilingues.

Mercredi, le premier ministre Blaine Higgs a finalement promis de respecter la conclusion de la révision judiciaire.

Nouveau-Brunswick

Politique