•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Indépendance de l'Alberta : est-ce un mouvement ou un moment?

Deux manifestants à un ralliement en faveur de l'énergie pétrolière  portent des pancartes en faveur de l'indépendance de l'Alberta.
Les manifestations en faveur de l'énergie albertaine et dénonçant l'inaction d'Ottawa face aux pipelines se multiplient. Photo: Radio-Canada
Stéphanie Rousseau

La crise qui se vit actuellement dans le secteur pétrolier albertain fait renaître un mouvement presque disparu depuis les années 1980 dans cette province. Des voix s'élèvent pour réclamer son indépendance du reste du Canada.

L’Alberta est confrontée depuis quelques années à une crise des prix du pétrole liée à un manque de pipelines pour transporter puis exporter son bitume.

Se sentant incompris par le reste du pays, particulièrement les provinces de l'Est et Ottawa, de plus en plus d'Albertains semblent souscrire à l'idée d'une Alberta indépendante.

Pour le comptable retraité du secteur pétrolier René Beaumier, l’Alberta n’arrive pas à se faire entendre.

René Beaumier devant l'hôtel de ville de Calgary pendant une manifestation en faveur du secteur énergétique.René Beaumier lors d'une manifestation à Calgary. Photo : Radio-Canada

« Oui, on est très fâché. Ça fait des années que l'Alberta envoie des paiements dans l'Est et maintenant nous autres on a besoin d'aide et l'aide ne vient pas, alors on est très frustré », dit-il.

Un ras-le-bol si profond qu'il fait remonter à la surface ce qui ne s'était pas vu ici depuis les années 1980 : on parle de se séparer du Canada.

Ils ne nous écoutent pas dans l'Est [...] On a beaucoup plus en commun avec les États-Unis dans le sud... Le sud-nord, plutôt que l'est-ouest, parce l'Est ne nous écoute pas.

René Beaumier

Quelques éditoriaux ont été publiés sur une possible scission, certains en faveur, d’autres contre. Sur les médias sociaux, des mots-clics et des groupes font la promotion de l’idée séparatiste.

Pour le politologue de l'Université de l'Alberta Frédéric Boily, il est impossible de parler d'un véritable mouvement séparatiste albertain.

J'hésiterais à parler d'un mouvement séparatiste, je parlerais plutôt d'un moment séparatiste.

Frédéric Boily, politologue du campus St-Jean, Université de l'Alberta

Mais le mécontentement provoqué par la chute des prix pétroliers a quand même fait sortir de l'ombre le projet d'une Alberta, sans le Canada.

Le politologue Frédéric Boily dans son bureau, avec des bibliothèques remplies de livres derrière lui.Frédéric Boily, politologue Photo : Radio-Canada

« On a toujours un peu parlé en Alberta de séparatisme. On pouvait trouver des petites formations politiques très marginales et des groupes, même dans les années 2000. Mais là, ce qui est nouveau, c'est que ça semble être une idée qui est soulevée par plusieurs acteurs politiques. Pas les principaux, mais on entend parler davantage et ça s’accompagne de manifestations pro-pipelines. C'est ça qui a de nouveau aussi, ce n’est plus simplement un mouvement confiné aux marges », explique-t-il.

Il rappelle que l’Alberta a connu un mouvement similaire dans les années 1980, quand le gouvernement de Pierre Elliott Trudeau avait mis en place le programme énergétique national.

« C'est là surtout qu'on a eu ce moment séparatiste, mais après ça s'est estompé parce que ça été plutôt repris par d'autres forces politiques, qui ont essayé de le canaliser pour se rendre à Ottawa et porter une voix forte sur la scène politique nationale », précise Frédéric Boily.

Cette fois-ci aussi, le gouvernement de Rachel Notley tente de calmer les ardeurs.

Vue sur une dame qui parle devant un microMargaret McCuaig-Boyd, ministre de l'Énergie Photo : CBC

Pour la ministre de l’Énergie, l’Alberta n’a rien à gagner d’une séparation.

Ce n'est pas une solution parce que nous aurions quand même besoin d'un accès côtier. Je crois que nous sommes plus forts ensemble et je continue d'être une fière Canadienne, même si je n'aime pas le traitement que le reste du pays réserve à l'Alberta.

Margaret McCuaig-Boyd, ministre de l'Énergie

À l'aube des élections du printemps, aucun parti n'a avantage à voir grossir le mouvement indépendantiste, affirme Frédéric Boily.

« Je ne pense pas que ça durera. La situation peut s'améliorer du côté des pipelines, des finances du gouvernement si la différence de prix [du pétrole] s’estompe et il y a aussi le fait qu’on s'en va en élections », explique l’analyste.

« Ni du côté de Rachel Notley, ni du côté de Jason Kenney, on n’a intérêt je crois à avoir un mouvement séparatiste trop vivant ou qui viendrait changer la donne lors d'élections. J'ai plutôt l'impression que Rachel Notley ou Jason Kenney veulent plutôt se montrer dans le rôle de Peter Lougheed qui va s'opposer à Pierre Elliott Trudeau dans les années 80 et on veut rejouer ce jeu-là avec le gouvernement fédéral », précise Frédéric Boily.

Pourtant, sans nouveau pipeline à l'horizon, les quelques indépendantistes de l'Alberta continueront probablement de rêver d’un pays… fait d'or noir.

Alberta

Politique provinciale