•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cultiver du kale à Kuujjuaq

Des pousses de laitue dans le conteneur hydroponique de Kuujjuaq.
Le conteneur de Growcer permet de produire 400 plants par semaine. Photo: Courtoisie - Société Makivik
David Rémillard

Une petite révolution alimentaire se dessine à Kuujjuaq, au Nunavik. Une première récolte de légumes frais, cultivés en plein hiver grâce à la combustion de matières résiduelles, est sur le point de se retrouver dans une épicerie locale.

Des plants de laitue, de bok choy, du chou frisé (kale) et de coriandre, bien au chaud dans un conteneur hydroponique, poussent actuellement au nord du 55e parallèle.

Une première dans la région qui doit permettre, entre autres, de contribuer à la sécurité alimentaire de la communauté inuite, qu'il fasse 20 °C ou -40 °C.

Pour l'instant, il s'agit d'un projet pilote d'une année, mené par la Société Makivik en partenariat avec la Société du Plan Nord.

Les coûts de mise en place du projet, évalués à 350 000 $, seront entièrement assumés par le gouvernement provincial.

Une façon de minimiser le risque pour les propriétaires de l'épicerie Newviq’vi, qui a accepté de vendre les légumes. L'épicerie déboursera quant à elle 45 000 $ pour les coûts d'opération.

Comment est née l'idée de faire pousser du « kale » à Kuujjuaq?

Percée majeure

Andy Moorhouse, vice-président au développement économique à la Société Makivik, estime que la possibilité de produire localement des légumes frais toute l'année est une véritable « percée » pour les communautés inuites.

Nombreux seront les villages à observer le déroulement du projet de Kuujjuaq, croit-il. M. Moorhouse espère qu'il sera possible, à terme, d'étendre la technologie ailleurs dans le Nunavik.

« Nos [épiceries] sont remplies de [fruits et légumes] qui sont dégradés par le temps qu’ils arrivent sur les tablettes », que ce soit par avion ou par bateau, rappelle-t-il.

Juste du point de vue nutritionnel, ce sera un bénéfice pour la communauté.

Andy Moorhouse, vice-président au développement économique, Société Makivik

Jusqu'à 400 plants par semaine pourront être produits dans le conteneur, ce qui correspond à la demande actuelle pour des légumes dans cette localité d'un peu moins de 3000 âmes.

Une partie des récoltes sera donnée à la garderie, aux foyers pour personnes âgées et au refuge pour femmes. Tout le reste sera vendu en épicerie.

Le conteneur hydroponique acheté par la Société Makivik.Le conteneur a été acheté à l'entreprise Growcer, établie à Ottawa. Photo : Courtoisie - Société Makivik

M. Moorhouse espère que les coûts de production et la diminution majeure des frais de transport sauront maintenir le prix des aliments à la baisse.

« Nous ne pouvons les vendre plus cher que ce que nous dépensons pour le moment », insiste-t-il.

Selon les calculs actuels, M. Moorhouse a bon espoir que le budget sera respecté et que le projet sera rentable. « Mais on ne sait pas avec certitude. »

Matières résiduelles

Le conteneur de Kuujjuaq, obtenu de l'entreprise ontarienne Growcer, est chauffé grâce à la combustion d’huiles usées provenant du garage municipal.

Car avant la production des légumes, l'enjeu des matières résiduelles interpellait les habitants.

« La communauté voulait surtout un projet de valorisation énergétique », affirme Nathan Cohen-Fournier, responsable du développement socioéconomique à la Société Makivik.

La Société du Plan Nord, de son côté, souhaitait tester le marché de la production maraîchère autonome au Nunavik.

Les deux idées se sont arrimées à l'intérieur de ce même projet. « On a réalisé qu’il y avait une belle synergie qui était possible », explique M. Cohen-Fournier.

En outre, l'agriculture locale est de plus en plus d'actualité à Kuujjuaq, poursuit-il. Deux serres communautaires permettaient déjà aux habitants de produire leurs propres légumes durant les mois d'été.

Pas très nordique...

Avant d'être autorisé, le type de projet mis de l'avant par la Société du Plan Nord a nécessité certaines explications auprès des communautés locales. D'où l'importance du partenariat avec Makivik.

« C'est un concept qui est assez étranger au Nord. Pour eux, l'alimentation traditionnelle était encore au coeur de leur stratégie d'alimentation saine », a fait savoir Marc-Antoine Fortin, agent de développement des infrastructures à la Société du Plan Nord.

« Il a fallu démontrer qu'on avait une approche qui était cohérente avec le contexte du milieu. »

L'idée était donc de commencer à petite échelle, avec un conteneur de 40 pieds, plutôt que de lancer un projet plus vaste.

Marc-Antoine Fortin, agent de développement des infrastructures à la Société du Plan NordMarc-Antoine Fortin, agent de développement des infrastructures à la Société du Plan Nord. Photo : Radio-Canada

Il était également important de disposer d'une source d'énergie locale et que celle-ci soit disponible en quantité suffisante.

« Pour avoir une viabilité commerciale, il faut trouver quelle ressource on peut mettre en valeur localement, considérant le coût élevé de l'approvisionnement [dans le Grand Nord] », souligne M. Fortin.

« Dans les matières résiduelles, il y a de l'énergie. Donc nous, ce qu'on évalue, c'est comment on peut remettre, à travers une démarche d'économie circulaire, les matières résiduelles dans le cycle de production économique. »

D'autres matières résiduelles que les huiles usées pourraient être utilisées à moyen ou long terme.

Environnement

Alimentation