•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

New Horizons en direction d’Ultima Thule

Impression artistique de l'astéroïde 2014 MU69 et de la sonde New horizons.

Représentation artistique de l'astéroïde 2014 MU69 et de la sonde New horizons.

Photo : NASA/JHUAPL/SwRI

Alain Labelle

Après avoir cherché des dangers potentiels autour de l'astéroïde Ultima Thule pendant quelques semaines, les responsables de la mission New Horizons ont donné le feu vert pour que la sonde s'en approche à quelque 3500 kilomètres afin de l'étudier.

Si de petites lunes ou des anneaux de poussières avaient été détectés dans son orbite, le navigateur spatial québécois Frédéric Pelletier et ses collègues de la NASA auraient commandé à la sonde de faire un détour pour les éviter.

L’objectif principal de New Horizons, une sonde de la taille d’un camion lancé en 2006, était l’étude de la planète naine Pluton et de son système lunaire. La sonde l’a rejointe neuf ans plus tard après un voyage de 5 milliards de kilomètres.

Représentation artistique de la sonde New Horizons dans le voisinage de l'astéroöde Ultima Thule.

Représentation artistique de la sonde New Horizons dans le voisinage de l'astéroïde Ultima Thule.

Photo : NASA/JHUAPL/SwRI

À la suite du succès de sa mission, la sonde a poursuivi sa route vers la ceinture de Kuiper, l’ultime frontière d’astéroïdes de notre système solaire.

Le nom officiel de l’astéroïde Ultima Thule est 2014 MU69. C’est un objet dit transneptunien d'un diamètre de 30 kilomètres. La sonde l’atteindra le 1er janvier prochain. Ultima Thule deviendra ainsi l’objet céleste le plus lointain jamais visité par une sonde de conception humaine, à quelque 6,5 milliards de kilomètres de la Terre.

L’astre Ultima Thulé a été détecté à l’aide du télescope Hubble en 2014. Lors de son survol, New Horizons prendra des photos de la surface glacée d'Ultima Thule et en profitera aussi pour recueillir d'autres données.

La ceinture de Kuiper

Cette région est située au-delà des planètes rocheuses comme la Terre et Mars et des géantes gazeuses comme Jupiter et Neptune. Elle contiendrait plus de 70 000 objets de plus de 100 km de diamètre.

Le Québécois Frédéric Pelletier est un habitué des missions spatiales inhabitées de la NASA. Il a également dirigé la sonde Cassini autour de Saturne et a participé à l’élaboration de la mission InSight vers Mars.

Cette étape de la mission de New Horizons représente un défi de taille pour M. Pelletier, qui doit contrôler la sonde qui file à 51 000 km/h.

Comme la plupart des objets de ce type retrouvés dans la ceinture de Kuiper, 2014 MU69 est probablement composé de poussière et de glace qui se sont formées à l'aube du système solaire, il y a plus de 4,5 milliards d'années.

Selon ce que nous connaissons de ce type d’objets, il devrait posséder une forme allongée ou lobulaire, un peu à l’image d’une pomme de terre ou d’une cacahuète.

Sa surface devrait être très sombre, ayant été bombardée par les rayons cosmiques et rayons X.

New Horizons devra pivoter pour pointer ses instruments vers l’objet, si bien que la sonde ne pourra garder l'antenne pointée vers la Terre lorsqu’elle recueillera des données.

Comme la sonde atteindra l’astre le 1er janvier, elle communiquera avec la Terre dans les heures suivantes. Les premières images devraient donc nous parvenir le 2 janvier. Il faut savoir que le signal radio prend plus de 6 heures pour parvenir à notre planète.

Astronomie

Science