•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une Première Nation branchée au réseau électrique de l’Ontario pour Noël

Un sapin
Pour souligner son raccordement au réseau provincial de la province, la communauté de Pikangikum a illuminé son sapin de Noël. Photo: Radio-Canada

La Nation Nishnawbe Aski, dans le Nord de l'Ontario, se réjouit du raccordement de la Première Nation de Pikangikum au réseau électrique de l'Ontario. Grâce à la mise en service, jeudi, d'une ligne électrique de 120 km, la communauté autochtone ne dépend plus de génératrices au diesel.

La Première Nation de Pikangikum devient la première de 17 communautés autochtones éloignées du Nord-Ouest de l'Ontario à être reliée au réseau d'électricité provincial grâce à la ligne de transmission de Wataynikaneyap Power, qui s'étendra sur 1800 km lorsqu'elle sera complétée.

Par voie de communiqué, le chef de la Nation Nishnawbe Aski, Alvin Fiddler, qualifie le pas franchi jeudi d'énorme accomplissement.

Une source d'électricité fiable mettra finalement un terme à la dépendance de Pikangikum au diesel et aidera la communauté à se développer. Connecter nos communautés éloignées au réseau provincial est meilleur pour l'environnement et améliorera les conditions de vie de nos membres, déclare-t-il.

Des génératrices au dieselUne étude de la Société indépendante d’exploitation de réseau d’électricité avait établi en 2014 qu’il en coûtait environ 90 millions de dollars par année pour alimenter au diésel les 21 communautés autochtones du Nord-Ouest de l’Ontario. Photo : CBC/Jeff Walters

La communauté isolée, qui est située à deux heures de vol de Thunder Bay, dépendait jusqu'à présent de génératrices au diesel qui ne répondaient plus à la demande pour subvenir aux besoins énergétiques de la Première Nation.

Le chef de Pikangikum, Dean Owen, affirme qu'il s'agit d'un jour important que la communauté attend depuis plus d'une décennie.

Un homme qui porte des lunettes et une casquette noireLe chef de la Première Nation de Pikangikum, Dean Owen Photo : CBC/Jeff Walters

Il faut avoir vécu ici pour comprendre l'importance d'une source adéquate d'électricité pour nos infrastructures, pour notre santé et notre sécurité.

Dean Owen, chef de la Première Nation de Pikangikum
Un bâtiment aux murs bleusLa Première Nation de Pikangikum se trouve à deux heures de vol de Thunder Bay. Photo : CBC/Jeff Walters

Le raccordement de ces 17 communautés autochtones, un projet lancé en 2015, est financé par le gouvernement fédéral à hauteur de 1,6 milliard de dollars.

Il est coordonné par 22 Premières Nations, qui détiennent 51 % des actions de l’entreprise.

La communauté soulignera l’occasion en illuminant son premier sapin de Noël vers 18 h.

Énergie

Société