•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Esplanade Riel, 15 ans pour devenir un pont iconique de Winnipeg

Radio-Canada

L'Esplanade Riel fête ses 15 ans cette semaine. Ce pont de Winnipeg est devenu au fil du temps un emblème de la ville et un lieu privilégié des photographes.

Pour le photographe Dan Harper, il en a rempli ses cartes mémoires : « J’ai pris plus de 25 000 photos de ce pont. »

Il faut dire que la structure qui enjambe la rivière Rouge et relie Saint-Boniface au centre-ville de Winnipeg a une place particulière dans le cœur des francophones.

« Ça a permis le retour d’un lien brisé pendant longtemps », explique Normand Gousseau, directeur d’Entreprises Riel.

Un pont pour se reconnecter

Le pont dessiné par l'architecte franco-manitobain Étienne Gaboury devait en premier lieu suivre le tracé de l’ancien pont qui reliait la rue Broadway et le boulevard Provencher.

« La construction de la gare était un pied de nez de la ville de Winnipeg pour couper la connexion entre Broadway et le boulevard Provencher », raconte Normand Gousseau.

La connexion avec le centre-ville sera finalement privilégiée. Vient alors le moment de se soucier de la vie sur l’Esplanade Riel. Il faut notamment trouver un usage à l’espace panoramique installé au centre du pont piétonnier.

À écouter aussi :

15 ans de l'Esplanade Riel

Un pont pour se restaurer

« L’espace au centre n’était pas forcément un restaurant au départ, mais plus un endroit pour permettre aux gens de se poser pour regarder la rivière », précise le directeur d’Entreprises Riel.

Il est alors question de développer des kiosques sur le pont, comme ceux des bouquinistes le long des quais de la Seine à Paris, voire d’installer des commerces.

C’est finalement le projet d’un restaurant unique qui sera choisi, non sans un certain débat dans la communauté.

« Il y a eu beaucoup de controverse [au sujet de ce pont] parce que c’était vu par certains comme un gaspillage d’argent », se rappelle Normand Gousseau.

Photo de l'Esplanade Riel et du pont routier de nuit avec le centre de Winnipeg en arrière-plan.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le pont pétionner Esplanade Riel et la partie routière ont permis de renforcer la connexion de Saint-Boniface avec le reste de Winnipeg.

Photo : Dan Harper

Dan Harper se réjouit quant à lui d’avoir un lieu symbolique tel que l’Esplanade Riel qui résume visuellement la ville.

« Quand on est au niveau de l’avenue Taché, on a le pont avec la ville et le musée en arrière-plan. C’est un ensemble d’éléments représentatifs de la ville réunis », décrit-il.

Il ajoute que le pont est un décor très prisé, notamment pour les photos de noces. « J’ai utilisé le pont comme décors pour des photos de maternité avec ma femme », avoue-t-il.

Un argument touristique

Pour Normand Gousseau le pont construit en 2003 est une vraie avancée pour le tourisme : « Le but était d’encourager les gens à découvrir Saint-Boniface. Il y a de nouveaux logements qui s’installent. Les gens vivent à Saint-Boniface et travaillent en ville. Le pont c’est une partie de leur quotidien. C’est un lien plus humain ».

En regardant en arrière, Normand Gousseau se félicite de ce qu’est devenu ce projet. « Aujourd’hui, le pont est célébré. Il est utilisé quotidiennement par les gens », conclut-il.

Manitoba

Histoire