•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les travailleurs riches et pauvres se côtoient sur la Côte-Nord

Une mine dans le secteur de Fermont au Québec
L'écart entre les salaires sur la Côte-Nord est important. Photo: Radio-Canada / Archives
Guylaine Lebel

La Côte-Nord comprend à la fois les travailleurs du Québec ayant le meilleur salaire annuel médian et ceux qui ont l'un des plus bas.

C'est ce qui ressort d'une nouvelle étude de l'Institut de la statistique du Québec portant sur l'évolution du marché du travail dans les MRC.

Alors que les travailleurs de la MRC Golfe-du-Saint-Laurent, où se trouve la Basse-Côte-Nord, ont parmi les pires salaires médians (moins de 30 000 $), ceux de Caniapiscau, où se situe Fermont, sont de loin les plus riches avec un salaire médian de plus de 70 000 $.

Deux pêcheurs sur leur bateau déposent des casiers à homard dans la mer.Le salaire médian moyen à la MRC du Golfe Saint-Laurent est l'un des plus bas au Québec. Photo : Radio-Canada / CBC/Kayla Hounsell

Marie-Hélène Provençal, chargée de projet à l’Institut de la statistique du Québec, explique cet important écart par un contraste des économies.

Alors que celle de la MRC de Caniapiscau est principalement minière, celle de la MRC Golfe-du-Saint-Laurent est basée sur les activités maritimes. Ces deux secteurs n’offrent pas les mêmes rémunérations aux travailleurs.

À l'échelle du Québec, c'est assez particulier ce qui se passe sur la Côte-Nord. Disons que c'est assez distinctif. On ne connaît pas ça dans d'autres régions.

Marie-Hélène Provençal, chargée de projet, l’institut de la statistique du Québec

Chute des travailleurs en Minganie

Cette étude indique également qu’entre 2016 et 2017, la MRC de la Minganie a connu la plus forte baisse du nombre de travailleurs de toutes les MRC du Québec.

Cette diminution serait attribuable au ralentissement des activités au complexe de la Romaine.

Les chômeurs déménagent

La MRC de Caniapiscau a également connu une baisse de son nombre de travailleurs pour la même période.

Cela ne se reflète pas d'une manière claire dans les données statistiques de l’étude, car la variation du taux de travailleurs (pourcentage de travailleurs sur la population totale) est annulée par l’exode des travailleurs.

Clairement, cela indique que quand un travailleur perd son emploi, il a tendance à quitter la région. Cet exode se confirme presque partout sur la Côte-Nord.

Avec les informations de Jean-Louis Bordeleau

Côte-Nord

Économie