•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Montréal : certains pouvoirs d’arrondissements resteront à la ville-centre

De la neige soufflée sur le terrain de l'ancien hippodrome Blue Bonnets.
L'administration Plante voulait entre autres prolonger les pouvoirs de la ville-centre en ce qui concerne les lieux d'enlèvement de la neige. Photo: La Presse canadienne / Ryan Remiorz
Radio-Canada

La Ville de Montréal prolonge la centralisation de certains pouvoirs d'arrondissements que l'administration de l'ex-maire Denis Coderre avait transférés à la ville-centre.

L'administration Plante voulait obtenir une prolongation d’une durée allant jusqu'à six ans, selon les dossiers, mais l'opposition officielle l'a forcée à reculer.

« On vous donne une année supplémentaire, mais on n'est pas prêts à vous donner un chèque en blanc, faites vos devoirs, revenez-nous dans moins d'un an », a dit le chef de l’opposition officielle à l’Hôtel de Ville, Lionel Perez, mardi, lors de la dernière séance de l'année du conseil municipal.

L'administration avait besoin des deux tiers des votes pour que le conseil municipal maintienne sa priorité sur les décisions d'arrondissement concernant certains dossiers comme le stationnement, les feux de circulation dans les rues locales, l'enlèvement des matières résiduelles et les sites d'élimination de la neige, plutôt que d'en confier la gestion aux arrondissements.

L'opposition a proposé une prolongation de six mois à un an dans la plupart des dossiers plutôt que de voter contre la demande.

« Ça aurait créé la zizanie sur tant d'enjeux : sur la collecte des matières résiduelles, sur le déneigement par exemple, indique Lionel Perez. Présentement, il y a une entité centrale qui organise le tout, qui fait la coordination. Si jamais il y avait un vote contre, bien tout d'un coup les 19 arrondissements [devraient] re-coordonner le tout. »

Avant d'être au pouvoir, le parti Projet Montréal a souvent dénoncé la centralisation des pouvoirs et il s'étonne des critiques de l'opposition, qui y était plutôt favorable.

D’après un reportage de Benoît Chapdelaine

Grand Montréal

Politique municipale