•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un comité spécial établi pour contrer la consommation des drogues illicites au Manitoba

Brian Bowman, Cameron Freisen et Robert-Falcon Ouellette annoncent leur collaboration.
La Ville de Winnipeg, le Manitoba et Ottawa collaborent pour trouver des solutions au problème de la méthamphétamine. Photo: Radio-Canada

Les trois ordres de gouvernement ont annoncé mardi à Winnipeg la mise sur pied d'un comité d'étude pour trouver des moyens de combattre l'augmentation de la distribution et la consommation de drogues illicites. Cette coopération tripartite est une première au pays.

Le comité spécial aura pour mandat de rédiger un rapport pour juin 2019 afin d'élaborer et de soumettre des recommandations destinées à lutter contre l’essor des drogues illégales au Manitoba.

Les gouvernements veulent pouvoir répondre à un problème provincial singulier.

« Au Manitoba, c’est un cas un peu spécifique au Canada, car on y trouve une forte utilisation de la méthamphétamine. Cela entraîne des traitements plus longs comprenant beaucoup de risques de rechutes. Cela coûte cher à notre société », dit Robert-Falcon Ouellette, député de Winnipeg-Centre, à la Chambre des communes.

Pour Ginette Poulin, la directrice médicale de la Fondation de la toxicomanie du Manitoba, cette union est la clé pour élaborer des politiques efficaces : « Je suis contente de voir qu’il y a une volonté de travailler sur ce problème important au Manitoba. C’est important que [les gouvernements soient] unis entre le fédéral, le provincial et la Ville. »

Cette union veut s’écarter des questions idéologiques et partisanes afin de trouver des solutions adaptées.

Le ministre de la Santé du Manitoba, Cameron Freisen, affirme vouloir se « tourner vers des personnes de grande compétence ». « Des gens qui ont une expertise médicale, judiciaire, policière, des gens issus des services d’urgence, des activistes dans les communautés », précise-t-il.

« Le but est d’entendre ce que les gens sur le terrain ont à dire », explique Robert-Falcon Ouellette, qui estime que le groupe de travail devra se concentrer sur une vision pratique.

Le maire de Winnipeg, Brian Bowman, affirme avoir demandé la création d’une action commune depuis septembre. Il espère que cette union servira d’exemple au pays.

« Je n’espère pas l'unanimité dans les méthodes d’approche sur des questions aussi complexes, mais ce que nous recherchons, c’est de pouvoir augmenter l’efficacité des efforts de chacun », soutient-il.

Ginette Poulin espère que le comité fera appel à l’expertise de la Fondation de la toxicomanie du Manitoba.

« Il faut qu’on regarde les recommandations d’autres endroits, comme l'Australie, pour voir ce qui a bien fonctionné et ce qui est applicable au Manitoba », suggère-t-elle.

Avec des informations de Patrick Foucault

Manitoba

Drogues et stupéfiants