•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’avenir de la Foire brayonne est incertain

La mascotte du festival « Typique ».

La Foire brayonne a besoin de plus de bénévoles pour assurer sa survie.

Photo : Radio-Canada

Kassandra Nadeau

La Foire brayonne d'Edmundston a certainement connu de meilleurs jours. Aux prises avec un déficit budgétaire ainsi qu'un important manque de bénévoles, le comité organisateur devra se retrousser les manches pour assurer la survie de l'événement qui célébrait ses 40 ans cet été.

Roger Quimper a été élu vice-président du conseil d’administration de la Foire cette semaine, lors de l’assemblée générale annuelle. L'homme originaire de Saint-Quentin a décidé de s'engager pour la première fois cette année en tant que vice-président du conseil d'administration. C'est la première fois que je m'implique, explique-t-il. J'ai la Foire à coeur. Je voudrais que ça réussisse parce que la Foire brayonne c’est aussi de bonnes retombées économiques pour la ville d'Edmundston et les environs.

Le problème, c'est qu'il est l'un des seuls à offrir ses services.

Pour l'instant, le comité organisateur et le conseil d'administration de la Foire brayonne ne sont composés que d'une poignée de personnes alors qu'il devrait y en avoir une quarantaine.

Les idées, ça ne se réalise pas tout seul

La Foire brayonne n’est pas le premier organisme à connaître des difficultés de recrutement de bénévoles. Mais ceux-ci ne sont pas moins essentiels à la tenue de l’événement. Selon le directeur des loisirs et des sports de la Ville d'Edmundston, Michel Nadeau, ce peu d'enthousiasme pourrait sonner le glas d'un des plus vieux festivals au Nouveau-Brunswick.

Si on ne réussit pas à aller chercher un nombre de bénévoles convenable pour organiser le festival, [il] est en péril, il n'y a pas de doute là. Ça ne peut pas s'organiser à seulement une dizaine de personnes.

directeur des loisirs et sports de la ville d'Edmundston

Les quelques membres restants lancent un cri d'alarme à la population : pas d'engagement, pas de Foire brayonne. Les idées, ça ne se réalise pas tout seul. Alors si les gens d'Edmundston veulent revivre la Foire brayonne, il y a des gens qui vont devoir venir à la table pour nous aider à l'organiser, explique Michel Nadeau.

La présidente sortante, Hélène St-Cyr Levesque, a décidé de tirer sa révérence après 17 ans au sein de l’organisation de la Foire. Les personnes désirant s’engager dans l’organisation de la Foire brayonne sont de moins en moins nombreuses depuis quelques années, laissant beaucoup plus de travail pour celles qui restent, dit-elle. Elle espère tout de même que les bénévoles restants arriveront à sauver l’événement. Plus il y a de gens qui s’impliquent, moins difficile que c’est pour les bénévoles aussi, croit-elle.

Déficit budgétaire

Pour ajouter à ces difficultés, le festival a enregistré un déficit budgétaire de 25 000 dollars pour l'année 2018. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que cela se produit. En effet, la Foire brayonne a connu quelques difficultés financières au fil des ans. Cet été, c’est un achalandage moins élevé ainsi qu’une baisse des revenus provenant de la vente d’alcool qui ont plombé les finances du festival. Ceux qui reprendront l'événement auront donc à trouver de nouvelles façons de le rendre plus lucratif. Il y a des bonnes idées qui sont sorties sur la table. C’est sûr que pour mettre ces bonnes idées-là en place ça prend des gens pour s’impliquer, explique Hélène St-Cyr Levesque.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Société